06/12/2016

Ils nous ont quittés en novembre 2016

tovar.jpgCertaines comédiennes ont une longévité incroyable. Ce fut le cas de l’actrice mexicaine Lupita Tovar, décédée le 12 novembre à l’âge de 106 ans. Elle laisse le souvenir lointain de la version espagnole du Dracula de 1931, tournée en parallèle à celle de Tod Browning et coproduite par le futur agent Paul Kohner, qu’elle épousa. Elle était également la mère de la sublime Susan Kohner, inoubliable dans Imitation of Life de Sirk. Et donc la grand-mère de Chris et Paul Weitz, dont les noms sont accolés à la série des American Pie. Ce mois de novembre vit également partir deux solides comédiens aux filmographies nourries: Paul Guers (photo 2) et Robert Vaughn (photo 3), l’un des Magnificent Seven (Les Sept Mercenaires) de John Sturges. Plus, bien sûr, Leonard Cohen. Voici comme chaque mois la liste des disparus dans le domaine de la culture et du cinéma.

vaughn03-g.jpg guers.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nadine ALARI, actrice française (23 février 1927 - 24 novembre 2016).


Leonard COHEN, auteur-compositeur-interprète canadien (21 septembre 1934 - 7 novembre 2016).


Raoul COUTARD, directeur de la photographie français (16 septembre 1924 - 8 novembre 2016).


Paul GUERS, acteur français (19 décembre 1927 - entre le 16 et le 19 novembre 2016).


David HAMILTON, réalisateur et photographe britannique (15 avril 1933 - 25 novembre 2016).


Marc MICHEL, acteur suisse 10 février 1929 - 3 novembre 2016).


Oleg POPOV, clown russe (31 juillet 1930 - 2 novembre 2016).


Leon RUSSELL, auteur-compositeur-interprète américain (2 avril 1942 - 13 novembre 2016).


Paul TOURENNE, ex-Les Frères Jacques, chanteur français (25 février 1923 - 20 novembre 2016).


Lupita TOVAR, actrice mexicaine (27 juillet 1910 - 12 novembre 2016).


Robert VAUGHN, acteur américain (22 novembre 1932 - 11 novembre 2016).

 

cohen.jpg

 

20:27 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

05/12/2016

Ils nous ont quittés en octobre 2016

Etaix.jpgEn ce récent mois d’octobre, un clown s’est tu, le rideau est tombé sur le lauréat d’une Palme d’or cannoise, un ancien teen idol a cessé de chanter pour toujours, le plus célèbre Monsieur Cinéma du petit écran s’en est allé et l’excentricité new wave d’un groupe underground de Liverpool a perdu son leader. Saurez-vous les reconnaître ? Comme chaque mois, voici la liste des principaux disparus dans le domaine du cinéma et de la culture.wajda.jpg

Pete BURNS, ex-Dead Or Alive, chanteur britannique (5 août 1959 - 23 octobre 2016).


Michel DELAHAYE, réalisateur, critique de cinéma et acteur français (21 septembre 1929 - 22 octobre 2016).


Steve DILLON, dessinateur de comics britannique (22 mars 1962 - 22 octobre 2016).


Pierre ETAIX, dessinateur et réalisateur français (23 novembre 1928 - 14 octobre 2016).


Dario FO, écrivain et metteur en scène italien (24 mars 1926 - 13 octobre 2016).


Georges JOUVIN, trompettiste français (19 juin 1923 - 24 octobre 2016).


Ted. V MIKELS, réalisateur américain (29 avril 1929 - 16 octobre 2016).


Pierre TCHERNIA, animateur de télévision et réalisateur français (29 janvier 1928 - 8 octobre 2016).


Tonino Valerii, réalisateur et scénariste italien (20 mai 1934 - 13 octobre 2016).


Bobby VEE, chanteur américain (30 avril 1943 - 24 octobre 2016).


Andrzej WAJDA, réalisateur polonais (6 mars 1926 - 9 octobre 2016).

vee.jpg

tchernia_monaco.jpgdead-or-alive.jpg 

21:18 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

20/10/2016

"Théo et Hugo...": le sexe, le réel et la nuit

theo-et-hugo.jpgParis la nuit, deux garçons qui s’aiment. Clin d’œil à Rivette, par son titre, qui fait forcément penser à Céline et Julie vont en bateau, et pour cette manière de filmer la capitale nocturne telle un vaste champ d’investigations (revoyez Le Pont du Nord), Théo et Hugo dans un même bateau, par son unité de temps et dans une certaine mesure d’espace, ne contourne pas l’exercice de style. L’affaire se déroule en temps réel, de l’espace clos et oppressant d’une back room, siège d’une bestialité d’ordre animal qui peut choquer, ne serait-ce que par la durée (plus de vingt minutes) d’une séquence qui n’est pas sans rappeler celle d’ouverture d’Irréversible de Gaspar Noé, à la sécheresse aseptisée de salles d’accueil aux urgences qui vont sceller le destin des deux héros. Le film parle d’amour et de sida, l’écriture mélange un naturalisme constant à un surréalisme discret (exemple le premier échange de regards entre les deux garçons), et le monde ne s’y dévoile qu’à travers ce que vivent les deux comédiens durant un peu plus de nonante minutes. Plus radical que d’autres films du binôme Olivier Ducastel/Jacques Martineau, plus cru bien sûr (les scènes de sexe ne sont pas suggérées), Théo et Hugo dans le même bateau revendique pourtant un romantisme qui, telles les premières lueurs de l’aube, surgit de loin en loin à mesure que la nuit s’achève.

Théo et Hugo dans le même bateau passe en ce moment au festival Everybody’s Perfect.

19:49 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2016 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |