11/11/2014

Dans "Bouboule", corps et personnages en mouvement

Bouboule.jpgJe ne sais plus si c'est Truffaut ou Rivette, ou peut-être même Rohmer, qui disait que le cinéma consiste d'abord à filmer des corps qui entrent ou sortent du champ. Dans tous les cas, le cinéma se construit toujours sur un double mouvement. Celui des personnages, immobiles ou non, devant la caméra. Et celui de la caméra elle-même, qui les suit ou non en fonction de la mise en scène. Sur cette image, trois personnages marchent et avancent vers nous, c'est-à-dire vers l'objectif. Leurs corps les déterminent. Un adolescent obèse, une jeune femme aux formes généreuses et à la peau très blanche, et un jeune homme à la silhouette malingre, plutôt osseux, plus droit que les deux autres. Leurs looks les distinguent également. L'ado est tout en noir, ce qui atténue sa rondeur et l'aide sans doute à se sentir bien dans sa peau. D'où le sourire qui illumine son visage. La jeune femme arbore un look détendu mais aguicheur, aux couleurs moyennement assorties. Enfin, le jeune homme affiche une tenue paramilitaire qui le durcit et situe son caractère néo-fasciste.

D'emblée, cette image parle. Nous raconte une histoire. D'évidence, ces trois personnages ne vont pas très bien ensemble. Mais pourquoi, dans ce cas, marchent-ils de concert? Qu'est-ce qui les unit, les relie? La vision de Bouboule de Bruno Deville y répond, bien sûr. Mais ce plan nous permet également de saisir l'aptitude du cinéaste à filmer et mettre en scène les corps et leur position dans l'espace. Bouboule est un film physique, assez dur dans ce qu'il donne à voir, très juste dans son analyse des rapports humains et de la vérité tactile qui en émane fatalement. Swann Arlaud (le jeune homme à droite) occupe la première place au générique et y livre une composition époustouflante. C'est en revanche Bouboule (alias David Thielemans), surnom de Kevin, l'ado obèse, qui fixe le point de vue de cette histoire. Un choc détonant à découvrir en salles depuis quelques jours.

Bouboule est actuellement à l'affiche en salles.

22:15 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.