21/11/2014

Quand Mike Nichols débutait, face à une Liz Taylor déchaînée

whos-afraid-of-virginia-woolf.jpgElizabeth Taylor vociférant devant un Richard Burton indifférent, possiblement exaspéré. Un couple mythique qui se déchire devant la caméra. Celui qui a mis en scène ce plan nous a quittés mercredi. Mike Nichols avait 83 ans et Qui a peur de Virginia Woolf? (Who's Afraid of Virginia Woolf?), réalisé en 1966, d'après la célèbre pièce homonyme d'Edward Albee, marquait ses débuts au cinéma. L'année suivante, il signera Le Lauréat (The Graduate), qui lui assurera gloire et honneurs. Mais revenons à ce premier film, projet totalement casse-gueule sur lequel n'importe quel tâcheron se serait brisé les dents et grillé définitivement aux yeux de la profession. Pas Mike Nichols. Il assure, comme on dit. Devant sa caméra, il doit diriger deux monstres sacrés en crise. Voilà qui tombe à pic, les deux personnages de la pièce/du film passent leur temps à se déchirer et à avaler whisky sur whisky.

Scène de ménage en huis-clos, Qui a peur de Virginia Woolf? est sans doute, avec Reflets dans un oeil d'or de Huston et les deux Losey tournés en 1968, Boom! et Cérémonie secrète, l'un des derniers grands rôles de Liz Taylor. Démente, surréelle, géniale, elle abolit les frontières entre réalité et fiction, comme si l'écran devenait le miroir grossissant de ses démons intérieurs. Elle obtient du reste l'Oscar pour ce rôle. Logique! En face d'elle, il faut imaginer ce cinéaste débutant, certes déjà connu pour ses mises en scène de théâtre, mais sans doute un peu gauche, peut-être impressionné par tout ce qui se joue devant lui. Il n'en paraîtra jamais rien. C'est en 2007 qu'il a signé son ultime film, La Guerre selon Charlie Wilson (Charlie Wilson's War). Une histoire de conflit, là encore. RIP.

21:20 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.