12/01/2015

Anita Ekberg en route pour l'éternité

dolce.jpgOn ne sait trop pourquoi, certaines séquences ou répliques marquent la mémoire collective d'une empreinte si indélébile qu'elles finissent par posséder leur existence propre, indépendamment de l'oeuvre dont elles sont tirées. La séquence du bain de minuit dans la fontaine de Trevi de La Dolce Vita en fait partie. Anita Ekberg et Marcello Mastroianni y font route pour l'éternité. Derrière la caméra, Federico Fellini les dirige. Ce dernier nous a quittés en 1993. Mastroianni en 1996. Quant à Anita Ekberg, elle les a rejoints ce week end, dimanche matin, à l'âge de 83 ans.

Sur cette image, on voit le cinéaste régler l'un des plans de la fameuse séquence, qu'on suppose compliquée à mettre en boîte. Interaction avec le réel, en plein coeur de Rome, tournage de nuit, problème de température. Des planches supportant un rail pour travellings ont été posées au-dessus de l'eau. Fellini s'y tient accroupi, les mains jointes, vêtu d'un manteau et coiffé d'un chapeau (signe qu'il devait faire plutôt froid) aux côtés de trois techniciens, alors qu'on devine le gros de l'équipe technique à quelques mètres derrière eux.

Au cinéma, les photos de plateau ont ceci de particulier qu'elles ne déflorent en rien la mythologie d'une oeuvre dont elles montrent pourtant l'envers du décor. D'autant plus chez Fellini où le cinéma et sa fabrication ne cessent jamais de s'inviter dans la fiction, tels des perturbateurs aux accents pirandelliens. Et d'autant plus dans ce plan de La Dolce Vita où absolument tout fait sens. L'eau de la fontaine, le monument lui-même, la robe noire d'Anita Ekberg et, bien sûr, la pose langoureuse de cette dernière, à jamais immortelle.

21:56 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.