19/01/2015

Dans "Les Nouveaux Sauvages", attacher sa ceinture ne sauvera personne

salvajes1.jpgNous sommes à l'intérieur d'un avion. Ou plutôt d'un avion reconstruit en studio, tournage de film oblige. Quelques passagers sont debout, les autres sont restés assis. Il ont tous l'air inquiets, mais sans panique. Ils semblent discuter avec une femme qu'on aperçoit de dos en amorce de plan, vraisemblablement une hôtesse de l'air. L'avion n'est visiblement pas complet, ce qui nous éloigne de la piste du film-catastrophe, où en général les véhicules accidentés sont bondés. La situation ne ressemble pas non plus à une prise d'otages et rien n'indique ici la criminalité. Pourtant, la tension est palpable et quelque chose va bel et bien se passer. D'un strict point de vue dramaturgique, ce "quelque chose" est inédit.

Cette image est tirée du premier sketch - l'un des plus courts également - des Nouveaux sauvages de l'Argentin Damian Szifron. Il y en a six dans le film et ils sont tous inégaux, du meilleur (celui-ci justement) au moins bon, soit le dernier, qui se déroule durant un mariage. Le réalisateur, très à l'aise dans le maniement de l'acidité et des règles basiques de la comédie, aime les effets de surprise. Au cinéma, ceux-ci sont souvent amplifiés par l'utilisation du hors-champ. C'est d'évidence ce qui est à l'oeuvre ci-dessus, tous les visages étant orientés vers un seul point (une femme de dos), sans qu'on sache ce qui peut à ce point inquiéter toutes ces personnes. Le rôle du hors-champ se trouve accentué dans d'autres plans de la même séquence, tel celui ci:

salvajes2.jpg

Mais on retrouve semblable procédé tout au long des six sketches composant le film. Drôles ou ridicules, ils ont au moins le mérite d'imprimer très fortement les mémoires.

Les Nouveaux Sauvages (Relatos Salvajes) est actuellement à l'affiche en salles.

22:08 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.