26/01/2015

Nos jours sont-ils comptés?

Apocalypse.jpgImage de désolation, de terre ravagée et de champignons atomiques. Est-ce à cela que ressemblera notre proche avenir? Jeudi 22 janvier, l'horloge de l'apocalypse, ou Doomsday Clock, a été avancée de deux minutes. Elle se trouve actuellement placée à 23 heures 57, soit trois minutes avant la fin du monde. Cette horloge est en réalité symbolique et a été conçue par des scientifiques en 1947. L'association qui la gère est entre autres composée de dix-huit Prix Nobel. Qui trouvent la situation préoccupante et jugent le risque de catastrophe planétaire très élevé. C'est-à-dire rapproché, probablement avant la fin de ce siècle. Ce sont essentiellement deux menaces qui les inquiètent.

D'abord le réchauffement climatique. Si on ne diminue pas rapidement l'accroissement des gaz à effet de serre (qui ont augmenté de plus de 50% depuis 1990), la planète émettra trop de dioxyde de carbone (ou CO2) pour les écosystèmes dont nous dépendons. Le climat terrestre en serait alors profondément bouleversé. Il y a ensuite le risque nucléaire. La prolifération des armes un peu partout dans le monde, l'incapacité à se débarrasser des déchets générés par les centrales, et bien sûr le péril que représenterait un conflit nucléaire, même circonscrit, ont tôt fait d'évacuer tout optimisme dans le domaine.

Pourtant, 23 heures 57 n'est pas la pire heure qu'ait connu l'horloge de l'apocalypse. En 1953, durant les phases de test des engins thermonucléaires des Etats-Unis et de l'URSS, elle avait même été avancée à 23 heures 58. Quand au moment le plus "calme" qu'elle ait connu, il se situe en 1991, à la chute de l'URSS, avec 23 heures 43 au cadran. Faut-il alors céder à la panique sans essayer de convaincre les gouvernements de tenter rapidement l'impossible pour que l'aiguille recule? Certainement pas. Mais attendons-nous malgré tout à de sacrés changements dans les décennies à venir. Et hélas pas forcément dans le bon sens.

20:25 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonjour M. Gavillet,

Loin du catastrophisme annoncé, quelques petites rectifications. Certains écosystèmes basiques peuvent très bien s'adapter à une augmentation même considérable de l'effet de serre. Le problème est purement anthropocentrique.

Il n'y a pas d'augmentation quantitative des armes atomiques mais uniquement qualitative. A nouveau, la faune et la flore peuvent très bien s'adapter à une augmentation considérable de la radioactivité, l'humanité pas. Quant à l'hiver nucléaire, c'est presque plus destructeur mais certaines espèces y survivront.

La situation est plus préoccupante pour l'homme et les espèces supérieures uniquement. Au diable l'espèce humaine qui a inventé et industrialisé son autodestruction ! (bombe nucléaire, camps de la mort etc...)Dommage pour les autres espèces qui ne méritent pas ça !

Ne vous en faites pas, on a pensé à tout ! Quitter une terre ravagée, sera pire que d'y rester...

Le constat est pessimiste mais trop réaliste pour les rêveurs de tout poil !

Bien à vous

Écrit par : ppc | 27/01/2015

Les commentaires sont fermés.