02/02/2015

"Broken Land", ce monde coupé en deux

broken.jpgCette barrière qui s'étend à perte de vue. Elle marque une frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Terre d'accueil, terre d'exil. Mais laquelle des deux est la bonne? D'un côté la lumière, de l'autre l'ombre. Une symétrie presque parfaite et une nature sèche dans laquelle aucun humain n'apparaît. Pourtant, les signes humains sont partout. Dans la construction de la barrière, dans le tracé de la route, dans les piquets qui apparaissent sur la gauche, symboles désuets de la propriété privée (mais de quoi?). Au loin, une montagne et un ciel nuageux qui semble tout écraser.

C'est dans ces régions que Stéphanie Barbey et Luc Peter ont posé leur caméra et sont partis à la rencontre de ceux et celles qui vivent tout près de la frontière, côté américain. Un voyage singulier où se côtoient les témoignages les plus incroyables, les plus fous. Leur travail s'apparente à de la maïeutique. Le montage cisèle un ensemble qui conserve pourtant des dehors bruts et parfois terriblement inquiétants. Le film s'appelle Broken Land et il est magnifique. Après sa découverte à Locarno, il est parti à la conquête des salles.

Mais Broken Land, c'était aussi le titre d'un western inconnu dont voici l'affiche. Aucun rapport? Allez savoir.

broken land 2.jpg

Broken Land est actuellement à l'affiche en salles.

23:20 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.