11/03/2015

"Sauve qui peut (la vie)", retour vers le futur (passé/présent)

sauve-qui-peut-la-vie.jpgAction inaction. Un homme qui lit, Jacques Dutronc cigare au bec. Au tableau noir, tracés à la craie, deux couples de mots. Caïn et Abel renvoient à la Bible et au premier meurtre de l'histoire de l'humanité. Cinéma et vidéo à cette opposition, alors balbutiante (nous sommes en 1980), entre deux vecteurs d'images. Difficile de dire quel élément de ce plan nous interpelle en premier. Si cette hiérarchie (concept non absolument nécessaire) demeure indécise, c'est aussi parce que l'association à l'oeuvre ici ne suggère pas d'interprétation immédiate (et je récuse la métaphore facile qu'on peut en déduire). D'associations, il est fréquemment question dans l'oeuvre de Godard. Et même constamment.

Sauve qui peut (la vie), sorti en 1980, marquait le retour du cinéaste à une forme de cinéma plus narratif, du moins par comparaison avec tout ce qu'il avait réalisé durant les dix années précédentes, des Cinétract de 1968 à cette commande détournée en 1979 pour Antenne 2, France tour détour deux enfants. Sélectionné en compétition à Cannes, le film divise aussitôt. Certains crient au génie, d'autres à la supercherie, tendance qui ne s'inversera presque plus par la suite. Le film est structuré comme une partition musicale en quatre mouvements, et cela autour de trois personnages joués par Isabelle Huppert, Nathalie Baye et Jacques Dutronc. D'ailleurs, le générique indique un film composé par (et non de) Jean-Luc Godard. En voici la bande-annonce:


Sauve qui peut (la vie) sera projeté samedi 14 mars à 14 heures aux Cinémas du Grütli, dans le cadre de la Semaine des nominés (des Quartz du cinéma suisse).

20:10 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 1980 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Est-il faux de réaliser de façon progressive, par étapes, que Caïn ("j'ai acquis") et Abel ("ce qui monte") désignent en nous l'homme matériel et l'homme spirituel et qu'en cette époque où le matériel l'emporte haut la main sur le spirituel nous assistons, sinon participons, au meurtre d'Abel (le domaine spirituel) par le domaine matériel (Caïn): l'AVOIR l'emportant sur l'ETRE?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/03/2015

Les commentaires sont fermés.