30/03/2015

Dans "Big Eyes", cette obsession de la monstruosité

Big-Eyes.jpgCette jeune femme peint. Des visages, des enfants, des animaux. Ici, une petite fille et un chat. Leur particularité? Leurs yeux. Trop grands, trop ronds, trop disproportionnés. Irréels, parfois aussi inquiétants que ceux des enfants du Village des damnés (Wolf Rilla, 1960), ces paires d'yeux sont comme une porte sur un autre monde. Sur cette image, cette jeune femme au visage heureux et serein ne regarde pas sa toile. Elle semble prendre la pose, tout en demeurant concentrée, impression sans doute causée par ce calme qui l'habite et par la sûreté du geste accompagnant son pinceau, délicatement posé sur la surface du tableau, à hauteur des yeux, forcément. Sa chemise est d'un blanc presque immaculé, et cela peut paraître paradoxal au vu du contexte - atelier de peinture, palette bigarrée qu'elle tient dans sa main gauche.

Incarnée par Amy Adams, cette jeune femme avait un nom. Margaret Keane. Big Eyes relate son existence, en partie conditionnée par les agissements d'un époux qui usurpa l'identité de sa femme, faisant croire qu'il était l'auteur des tableaux qu'elle peignait pour mieux les vendre. Opus relativement mineur dans la carrière d'un Tim Burton peinant à se ressourcer depuis cinq ou six films, il répète néanmoins certains motifs obsessionnels du cinéaste. Et c'est sans doute à cause des tableaux particuliers de Margaret Keane que le sujet l'a inspiré. Dans la plupart de ses films, cette fascination pour les corps monstrueux ressort. Lisa Marie et ses proportions extra-humaines dans Mars Attacks!, Johnny Depp et ses ciseaux en guise de mains dans Edward Scissorhands (photos ci-dessous), n'en sont que deux exemples pris au hasard.

mars.jpg

Edward.jpg

Les tableaux aux yeux exorbités de Big Eyes l'expriment à nouveau. A la différence que cette fois, Tim Burton a puisé dans le réel (en l'occurrence l'histoire de l'art) pour délivrer sa vision du monde.

Big Eyes est actuellement à l'affiche en salles.

22:04 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.