09/04/2015

"Le Président" bat la campagne

President2.jpgUne limousine immobilisée par un troupeau de moutons. Image curieuse, inédite, suggérant plusieurs métaphores basées sur les oppositions entre ces deux éléments. Au vu de la position des animaux, ceux-ci ont l'air de faire cercle autour du véhicule, peut-être même de le contourner. Qui gêne qui, ici? Qui obstrue le chemin de(s) l'autre(s)? Et comment la situation, a priori inextricable, va-t-elle se décanter? Anecdotique dans le film de Mohsen Makhmalbaf (encore que cela se discute), la séquence est révélatrice d'un ensemble où prime l'exagération, la satire, la caricature, la disproportion et une sorte de folie.

Tourné en Géorgie, Le Président débute comme un brûlot politique avant de dévier vers une épopée en forme de conte. Centré autour d'un dictateur vieillissant, le film condamne la fascination pour le pouvoir avec un certain cynisme et une pompe dont la mise en scène tire un excellent parti. Puis le peuple de ce pays imaginaire et jamais nommé se révolte, dans un mouvement qui n'est pas sans rappeler celui du printemps arabe. Chasse au tyran et à son petit-fils, qui prend la fuite avec lui, offrant au film un point de vue enfantin en léger décalage avec le propos. Ce sont clairement deux films en un que renferme ce Président moins poétique que de précédents Makhmalbaf. A découvrir néanmoins.

Le Président est actuellement à l'affiche en salles.

16:51 Publié dans Cinéma, Mostra de Venise 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.