14/04/2015

Dans "A Most Violent Year", des apparences il faut se méfier

a-most-violent-year.jpgIl neige à gros flocons et Jessica Chastain porte des lunettes de soleil. Oscar Isaac se trouve juste derrière elle, mais n'a pas tout à fait l'air "avec" elle. Il a les mains gantées et tient deux valises, elle aucune. Elle a d'ailleurs les mains fichées dans son grand manteau blanc, presque trop pur pour la saison. Mais la position de la valise la plus proche de nous pourrait indiquer que lui marche plutôt vite. Contrairement à elle, qui paraît freiner son allure pour mieux fixer un point hors-champ. Leurs regards à tous deux ne se croisent d'ailleurs pas et ils ont presque l'air étrangers l'un à l'autre. Leurs expressions sont en plus antinomiques. Elle affiche un sourire radieux, coiffée, maquillée, sac à main à l'épaule, comme si elle se rendait à un cocktail, pendant que lui a la mine soucieuse, préoccupée, à moins qu'il masque un sourire sous un rictus. A leur droite, des voitures en stationnement, mais sans traces de neige, signe que le temps vient de changer ou que les véhicules ont été garés il y a peu.

Quelque part, et quel que soit le biais par lequel on la regarde, quelque chose semble clocher dans cette image. De sourdes contradictions, d'indicibles paradoxes, comme la représentation d'une harmonie en train de se briser ou d'une unité en train de se fissurer. En voyant A Most Violent Year, on apprend que Jessica Chastain et Oscar Isaac sont en couple. Mais les apparences, sur ce plan, loin de dire le contraire, ne l'affirment nullement. Le film offre ainsi la vision trouble d'un monde dominé par des apparences dont il s'agit perpétuellement de se méfier. Jusqu'au niveau de son titre, dont les promesses de violence sont bien trompeuses. Située en 1981 (mais peut-on le déduire ici?), l'intrigue du film, toute policière qu'elle soit, possède une dimension métaphysique que son auteur, J.C. Chandor, cèle parfois sous une patine classique que la sagesse et la rigueur de la réalisation (les deux sont compatibles) cautionne. Il y a énormément de maturité derrière ce film à la complexité retorse et à la beauté secrète dont les niveaux de lecture, pourtant fort différents, ne se contredisent jamais.

A Most Violent Year est actuellement à l'affiche en salles.

21:01 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.