22/04/2015

Webb, retour vers le futur immédiat

webb.jpgIl a fallu plus de mille personnes pour le construire. En voici une partie sur cette image. Lui, c'est Webb - du nom de son créateur, James Webb -, le télescope spatial qui va succéder à Hubble, lequel fêtera ses 25 ans le 24 avril. Webb entrera en fonction dès 2018. Il sera placé (pourquoi ai-je envie d'écrire arrimé?) à 1,5 millions de kilomètres de la terre, à un endroit de l'espace très stable, dans la direction opposée au soleil. Et surtout, il pourra voir loin. Et quand on dit loin à propos d'observation spatiale, on entend également loin dans le temps. Soit à environ 300 millions d'années après le Big Bang (dont le modèle est fortement remis en question ces derniers temps, mais là n'est pas le sujet de ce billet), époque de l'apparition des premières galaxies et des étoiles qui les composent. Voici un petit schéma qui vous aidera à comprendre.

cosmos.jpgWebb est en effet cent fois plus puissant que Hubble et sera capable de capter 70% de lumière supplémentaire. Et son grand avantage, c'est qu'il pourra également observer dans l'infrarouge, donc à travers les nuages de gaz et de poussières cosmiques. Il sera en tout cas suffisamment puissant pour éventuellement détecter des bio-signatures dans l'atmosphère de certaines exoplanètes, qui nous permettront peut-être de savoir où il y a de la vie (j'évite d'écrire si, car pour moi, c'est une évidence). Voici la comparaison par l'image des miroirs de Hubble et Webb. Il n'y a pas photo.

hubble2.jpg

21:45 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.