24/04/2015

"Hacker", quand la paranoïa s'affiche

nous.jpgSur l'affiche française de Hacker, déclinaison du modèle international (voir plus bas), "on" vend clairement le film sur sa tête d'affiche, Chris Hemsworth. Visage grave taillé à la serpe, mèches rebelles artistiquement placées sur un front soucieux, et photogénie intacte en dépit de la dramaturgie. Avec le titre français du film, son nom est le plus large de ce visuel. Mais juste au-dessus, une ligne nous rappelle que le métrage est réalisé par Michael Mann, dont on cite même trois autres films, Heat, Collateral et Révélations. Les autres images de l'affiche ne peuvent quant à elles être décodées qu'après visionnement de l'oeuvre. Séquence de ballet nocturne asiatique, des personnages brandissant des torches comme s'ils étaient en procession, et en dessous, un autre ballet, de tireurs cette fois, toujours dans une ambiance nocturne mais dans un lieu impossible à identifier. Et puis il y a cette phrase d'accroche, "Nous n'avons plus le contrôle", constat anxiogène d'un monde où la paranoïa devient une réalité presque tangible et contre laquelle il n'y a plus moyen de lutter. Promesse aussi d'un récit traitant de la perte et des dérives qui s'ensuivent - si nous n'avons plus le contrôle, c'est quelque part que nous l'avons perdu. Sur l'affiche américaine de Blackhat, cette phrase est la même, comme on peut le voir ci-dessous.

we.jpg"We are no longer in control". Traduction quasi littérale, donc. Et pourtant pas toujours. Sur d'autres modèles de l'affiche, voici ce qu'on peut lire:

you.jpg"You are no longer in control". Soit, littéralement, "Vous n'avez plus le contrôle". De nous à vous, ou de vous à nous, le glissement, s'il ne modifie pratiquement pas le sens général ni le sentiment de paranoïa qui est à l'oeuvre, conditionne en revanche différemment celui qui lit ou voit la phrase en question. Le nous est inclusif là où le vous demeure purement exclusif. Le nous concerne tout le monde, acteurs comme spectateurs du monde, le vous n'implique en revanche plus que les seconds. C'est visiblement la première option qui a été retenue. Dans le monde entier? Pas forcément. Voici par exemple un modèle italien sur lequel on peut lire "Sempre connessi".

sempre.jpgCe qui signifie... "Toujours connectés". Neutre (trop), efficace (pas assez) et sobre (pas tant que ça). Question de point de vue, comme toujours.

Hacker est actuellement à l'affiche (c'est le cas de le dire) aux cinémas du Grütli.

20:58 Publié dans Affiches, Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.