11/05/2015

Festival de Cannes: Ingrid Bergman, un avant-goût d'immaculé

affiche.jpgIngrid Bergman. Dans quelques heures, son sourire illuminera la façade du Palais des Festivals et veillera sur la montée des marches qui auront lieu chaque soir (mais aussi la journée) du 13 au 24 mai. Ingrid Bergman, succédant à Marcello Mastroianni (en 2014), à Paul Newman et Joanne Woodward enlacés (2013), à Marilyn Monroe (2012). De grands disparus se suivent ainsi chaque année. L'affiche donne le ton. Annonce la couleur. Immaculée. D'un blanc presque aveuglant. Au point d'occuper la quasi totalité du cadre. Ingrid au sommet, là où l'interprète de chefs d'oeuvre de Roberto Rossellini - Stromboli, Voyage en Italie, pour n'en citer que deux -, la star renonçant à Hollywood par amour et par choix, malgré un Oscar pour Gaslight de Cukor, autre pic de sa carrière (elle aura une seconde statuette en 1957 pour l'insipide Anastasia d'Anatole Litvak, puis une troisième en 1975, de meilleur second rôle cette fois, pour Le Crime de l'Orient-Express de Lumet), l'actrice préférant Jean Renoir à Sam Wood, aura toujours été. Elle annonce la couleur, disais-je. D'un festival peut-être placé sous le signe de la femme. Agnès Varda en Palme d'honneur, Sabine Azéma présidant le jury de la Caméra d'or, Isabella Rossellini (fille d'Ingrid et de Roberto) celui d'Un certain regard, Valérie Donzelli et Maïwenn en compétition, et je m'en tiendrai là pour aujourd'hui. La douceur du visage d'Ingrid Bergman devrait porter chance au festival. Elle nous observera toute la quinzaine.

01:53 Publié dans Affiches, Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.