10/06/2015

"Trois souvenirs de ma jeunesse", traité d'insouciance

souvenirs.jpgIls ne savent pas encore ce que l'avenir leur réserve, ils regardent vers leur gauche (donc droite pour nous), vers un hors-champ qu'on suppose prometteur, ils sont jeunes, frais, plutôt beaux, préfèrent glander plutôt que se poser des questions d'adultes, ce qu'ils ne sont pas encore, ils sont vêtus sans harmonie mais à la cool, fument et rêvassent dans ce qui ressemble à un préau, sont assis à même le sol parce qu'il n'y a que comme ça que le réel peut se donner, sur fond de liberté, ils se lovent mais ne parlent pas forcément d'amour (et le verbe se lover n'est pas anglais), ils ont un vague sourire sur les lèvres (quoique pas elle), se rendent intéressants à philosopher sur Kant ou Althusser, forment une jeunesse d'une certaine France à une certaine époque, qui n'est pas la nôtre, même si quelques ressemblances peuvent émarger, ont l'humeur visiblement printanière, d'avant l'été (voyez cette écharpe écossaise vieille France), n'ont l'air ni pauvres ni riches, quoique plutôt de bonne famille, horrible expression brevetée par cette société française où les corsets n'ont jamais totalement disparu, ils sont en partie indifférents à ce qui les entoure, même si on devine des groupes similaires au leur en arrière-plan, ils sont trois, comme les souvenirs du titre du film dans lequel ils jouent, car ce sont aussi des comédiens, qui jouent à faire semblant, aimer ou mourir, nullement conscients que la pellicule (j'ai envie de dire pellicule, même si je sais qu'on dit DCP à l'ère numérique) les figera pour une éternité relative (j'écris relative, car il y a des stars des années dix dont on connaît aujourd'hui à peine le visage) et peu enviable, mais de cela ils n'ont cure, ou font tout comme, et ont finalement parfaitement raison.

Trois souvenirs de ma jeunesse d'Arnaud Desplechin est actuellement à l'affiche en salles.

23:25 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.