31/07/2015

Nix et Hydre font leur apparition autour de Pluton

nix-hydre.jpgDes photos floues valent toujours mieux que quelques pixels. Avant que New Horizons ne s'approche de Pluton et des lunes de la planète naine, les seules images que nous avions de tous ces objets célestes se réduisaient à des points. Et pendant que les sphères scientifiques continuent à s'interroger sur la géologie curieuse de Pluton et de ses inattendues montagnes de glace, nous parviennent des clichés de ses lunes. Après Charon, voici donc Nix et Hydre. La première, à gauche, fait 42 km de diamètre et a une forme allongée. Elle est rougeâtre et a semble-t-il un cratère à sa surface. La seconde, à droite, fait 55 km de diamètre. Sa forme est elle aussi allongée, et plusieurs cratères semblent également perler sur sa surface. En plus des trois satellites susmentionnés, Pluton en possède encore deux autres, Kerbéros et Styx, qui sont plus petits.

Et pendant que nous y sommes, si le ciel vous le permet, n'oubliez pas d'observer la lune ce vendredi 31 juillet aux alentours de 23 heures: elle sera "bleue"! Le phénomène de la "lune bleue", peu fréquent, n'est pourtant pas une affaire de coloration (encore qu'une couleur bleutée provoquée par des particules agissant comme des filtres autour de son atmosphère demeure possible), mais désigne le fait que deux pleines lunes se produisent au cours du même mois, en l'occurrence juillet 2015. La dernière remonte à août 2012.

21:26 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/07/2015

Dans "Vice-versa", des couleurs au service d'un script touffu

inside.jpgCouleurs et émotions. Les unes s'apparient avec les autres dans Inside Out, retitré Vice-versa en français. Rouge pour la colère, vert pour le dégoût, jaune pour la joie, violet pour la peur et bleu pour la tristesse. Une répartition nullement aléatoire qui va dans le sens pédagogique d'un scénario plongeant dans le cerveau d'une enfant lors de son passage à l'adolescence. Un scénario touffu et complexe, du moins pour le public visé (c'est-à-dire ni vous ni moi), et que cette image de synthèse traduit indirectement. Les cinq personnages principaux, syntagmes émotionnels qui se comportent comme des particules à l'intérieur du cerveau enfantin (le "Inside" du titre original), sont regroupés autour d'un tableau de bord, en proie à une panique que la convergence de leurs regards, exorbités ou froncés, reflète. Plus simplement, on ne sait pas ce qu'il faut regarder en premier sur ce dessin, ce sur quoi notre oeil de spectateur plus ou moins avisé achoppe avant tout le reste.

La multiplicité des couleurs et des émotions qui vont avec, la profondeur de champ d'un décor à trois niveaux - celui du tableau de bord, celui de la pièce où l'action se déroule, et celui du dehors (le "Out" du titre), qu'on aperçoit à travers des hublots arrondis -, l'incertitude concernant l'action en train de se jouer, tout concourt ici à brouiller les pistes. C'est précisément ces cohabitations de niveaux et degrés de lecture qui fondent tout l'intérêt d'Inside Out. Cosignée par Pete Docter et Ronnie Del Carmen, cette production Pixar, contrairement aux Minions (que j'aime aussi beaucoup, là n'est pas le problème), ne craint ni une certaine complexité ni les métaphores. Le tout sous une folie constante qui fait aussi le charme d'un film qui n'a aucune peine à se hisser au-dessus de la mêlée d'un genre trop souvent réduit à sa seule dimension de "cinéma pour enfants".

inside2.jpgInside Out (Vice-versa) est actuellement à l'affiche en salles.

21:16 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

29/07/2015

Sokourov, retour à Venise

francofonia.jpgPour l'instant, on se contentera d'une image. Quatre personnages, dont une femme coiffée d'un bonnet phrygien et le cinéaste Aleksandr Sokourov au premier plan, devant Le Radeau de la Méduse de Géricault. Nous sommes au Louvre, là où cette peinture est exposée. Nous sommes également sur le tournage d'un film, comme l'indique la présence de la perche et du micro sur la gauche de l'image. Il s'agit d'une photo de plateau. Le film s'intitule Francofonia et est justement signé par Sokourov, qui, on s'en rappelle, avait remporté le Lion d'0r à Venise avec son Faust, en 2011. Il a entièrement tourné Francofonia au Louvre, et cet essai cinématographique est d'ailleurs sous-titré Le Louvre sous l'occupation. On a appris aujourd'hui que le grand cinéaste russe sera de retour cette année à la Mostra avec ce film, et à nouveau en compétition.

Francofonia est l'un des 21 longs métrages sélectionnés en lice pour le Lion d'or. Je ne citerai que le nom de leurs réalisateurs: Emin Alper, Laurie Anderson, Marco Bellocchio, Sue Brooks, Drake Doremus, Atom Egoyan, Cary Fukunaga, Giuseppe M. Gaudino, Xavier Giannoli, Amos Gitaï, Luca Guadagnino, Oliver Hermanus, Tom Hooper, Charlie Kaufman et Duke Johnson, Zhao Liang, Piero Messina, Jerzy Skolimowski, Aleksandr Sokourov, Pablo Trapero, Lorenzo Vigas et Christian Vincent. Soit un mélange de réalisateurs importants, d'auteurs de festival et de cinéastes sur lesquels on ne sait rien, ou presque. Il y aura pêle-mêle un documentaire, un film d'animation, trois productions italiennes, deux films de femmes et quelques stars égarées au milieu. Je reviendrai plus abondamment ultérieurement sur le contenu des films ainsi que sur celui des autres sections. En tout, 55 films seront projetés à la Mostra de Venise entre le 2 et le 12 septembre.

18:07 Publié dans Cinéma, Mostra de Venise 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |