09/08/2015

Locarno 2015: un instantané sur le "Cosmos" de Zulawski

cosmos.jpgComme il a l'air calme, sur cette photo de plateau, Andrzej Zulawski, ici avec trois des comédiens de son film, dont Jonathan Genet, le premier sur la gauche, personnage principal de Cosmos. Sérieux, concentré, presque austère. Contraste saisissant avec le film lui-même. Bouillonnant, traversé par la folie, l'outrance, la démesure et le surréalisme. Mais sans cette hystérie prompte à donner la migraine qui était à l'oeuvre dans L'Amour braque ou dans Mes nuits sont plus belles que vos jours. Cosmos, conte surréel en forme de thriller métaphysique, polar absurde en forme de fantasmagorie, film du retour, aussi, Zulawski n'ayant rien tourné depuis quinze ans, depuis La Fidélité (2000). Une oeuvre composant avec l'irrespect et l'irrévérence, opus de tous les possibles, avec une Sabine Azéma au bord de la démence, un Jean-François Balmer d'une drôlerie sans limites, un Johan Libéreau parfaitement ambigu. Les meilleurs films sont ceux qui échappent à toute définition, à toute tentative de classification, ceux qui défient l'analyse et la raison, sans chercher à plaire à tout prix. Il y a de tout cela dans ce Cosmos où l'on a aimé se perdre, parce que, comme son titre l'indique, il englobe la totalité de l'univers. Le film est en compétition au festival de Locarno, je le rappelle.

18:42 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.