10/08/2015

Locarno 2015: "Te quiero anarquia", des corps et du sang

anarquia.jpgUne fille, deux garçons, quelques possibilités. Les deux garçons sont amants, et le premier couche également avec la fille, mais la sexualité n'est pourtant pas le thème de Te prometo anarquia, du Mexicain Julio Hernandez Cordon. Sur cette image très stylisée - cadrage en contre plongée, position des corps étudiée, tendance à la provocation assumée -, c'est le rouge qui domine. Ce n'est pas forcément un hasard. Le film traite d'un trafic coutumier au Mexique, celui du sang et, par extension, du trafic des donneurs de sang. Une réalité effroyable, violente, que le film ne raconte pas, mais dont il montre les retombées sur les destins de nos deux héros. La stylisation à l'oeuvre dans le plan ci-dessus - la séquence se situe au tout début du film - ne reflète pas vraiment l'ensemble, au-delà d'une dominance de couleur dont l'évocation métaphorique est évidente. Âpre, naturaliste, dur, mais aussi tendre et poétique, Te prometo anarquia cerne deux personnages dans leurs trajectoires rompues, deux destins qui bifurquent sans en avoir conscience. C'est aussi un film qui ne juge pas ses héros, et c'est précisément pour cela qu'on s'y attache. Te prometo anarquia est en compétition au festival de Locarno.

23:21 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.