13/08/2015

Locarno 2015: "O Futebol", regard décalé sur le Mondial 2014

futebol.jpgDans ce fast-food de São Paulo, employés et clients sautent de joie. L'équipe du Brésil vient de marquer, nous sommes au début du Mondial 2014, et la Seleção n'a pas encore subi la déculottée historique que l'Allemagne lui infligera quelques jours plus tard en demi-finale. Le plan est large, puisqu'il cadre aussi bien le fast-food que l'entrée du parking juste à côté. Dans le restaurant, deux écrans de télévision laissent deviner le butteur (probablement Neymar, même si j'ai un doute) exprimant son bonheur devant la caméra. O Futebol, de Sergio Oksman, est un projet documentaire née d'une idée singulière. Un père et son fils (le réalisateur), qui ne se sont pas revus depuis vingt ans, décident de passer près d'un mois ensemble à São Paulo et de regarder les matchs du Mondial tous les deux, comme ils l'ont toujours fait.

Le rythme du film, comme son montage, suivent ainsi le calendrier des rencontres, selon un principe très libre de journal intime. Il n'est pas toujours question de football dans ce film, et d'ailleurs le réel va s'inviter dans l'histoire de manière inattendue, mais on y décèle malgré tout une vision historique que corroborent la présence d'images d'archives (des films 8 mm sortis de leurs boîtes) et d'objets liés au passé (tel ce catalogue d'images autocollantes de 1974 qu'on feuillette vers le début). Carnet de notes à la première personne, O Futebol nous fait revivre des souvenirs footballistiques récents selon un point de vue curieux et décalé. Forcément intéressant. D'une durée de 68 minutes, ce long-métrage est en compétition à Locarno.

13:11 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015, Football | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur Pascal Gavillet, lorsque vous ne publiez pas un commentaire tout en annonçant mensongèrement commentaire 0... que faites-vous du commentaire ainsi escamoté?

Je vous adressai le commentaire que vous n'avez pas publié parce qu'il y est question de liens mystérieux en ces temps où il ne s'agit plus que de tout dénaturer, pervertir ou nier.

En cas de réaction j'aurais apporté
le titre suivant: La conscience quantique et l'au-delà Une voie inédite vers l'Eternité Guy Trédaniel Editeur

Je ne sais pas si vous avez des petits-enfants. Si oui apprécieriez-vous la situation qui serait celle de ces petits en contemplation devant la situation que vous nous présentiez: deux hommes homosexuels avec l'un aux jambes écartées... ainsi que la panosse acceptant de se livrer à l'ensemble des atrocités prévues par ces deux "hommes". Spectacle conduisant aux monstruosités des fêtes diaboliques de magie noire, sectes telle Thulé au filleul initié Hitler. Statut des femmes en milieu catholique à la fois tolérées pour les corvées ou "caprices et fantaisies" (également à disposition de l'élite religieuse de passage) mais, Dieu sans doute les protégeant... "qui ne seront jamais des nôtres", c'est-à-dire: prêtres (K. Wojtyla) Egalement une vue pervertie de la messe avec de la chair et du sang: du "rouge"! Je ne connais pas le film. Il n'est question que de ce que vous nous donniez à voir.

Mentant à propos des commentaires, mathématicien, le mensonge a priori n'est pas votre "problème"!

Le cri évangélique concernant non une veuve exploitée ou un homme de peine, mais un petit: "Ce que vous avez fait à ces petits ( par le choc puis l'imagination) c'est à moi que vous l'avez fait!" ne semble pas vous avoir concerné non plus.

Je ne vous dirai pas: "Allez en paix!"!

Écrit par : Myriam Belakowsky | 13/08/2015

Les commentaires sont fermés.