04/09/2015

Mostra de Venise 2015: oui, je préfère Catherine à Johnny

marguerite.jpgMarguerite chante faux mais Marguerite ne le sait pas. Curieux destin, comme une histoire de grandeur et de décadence à l'envers. Le film de Xavier Giannoli s'inspire de la vie de la soprano américaine Florence Foster Jenkins, connue et ridiculisée pour son manque de talent notoire dans l'art lyrique, et transposée ici dans la France des années 20 (pour l'info, Stephen Frears adapte en ce moment la même histoire avec Meryl Streep dans le rôle de Jenkins, sortie en 2016). Catherine Frot, qu'on aura reconnue ci-dessus, endosse brillamment ce rôle périlleux, à la frontière entre naïveté et pathétique. Giannoli reconstitue avec un certain panache une société mondaine dont les travers n'ont pas changé, le tout avec un luxe appréciable dans sa mise en scène. Portrait d'un monde perdu et de ses hérauts obsolètes, Marguerite ouvre à la France les portes du palmarès vénitien. Catherine Frot mériterait un prix d'interprétation. Elle joue juste et combine malice et candeur avec cette touche personnelle qui en fait une actrice à part dans l'Hexagone. Le sait-elle? Je l'ignore.

Black-Mass.jpgDu côté des locomotives américaines, Black Mass de Scott Cooper ne doit sa présence (hors-compétition, Dieu merci) à Venise que grâce à la présence de Johnny Depp, star d'un jour au Lido face à des fans en délire. Ici dans le rôle de James J. Bulger, célèbre gangster de la pègre de Boston, où il avait formé un gang. Sous des tonnes de maquillage (un aperçu ci-dessus), l'outrance de son jeu saute aux yeux. N'est pas Marlon Brando qui veut. Ni Scorsese pour Scott Cooper, qui signe une caricature laborieuse de film de gangsters sans se poser deux secondes des questions d'ordre stylistique qui donneraient à cette succession de gros plans et de scènes de baston un sens esthétique autre que l'alignement de lieux communs et de gueules cassées. Revoyons plutôt Goodfellas. On s'ennuie ferme face à un résultat convenu et inutile que la bienséance me conseille de ne pas développer davantage.

23:01 Publié dans Cinéma, Mostra de Venise 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.