11/09/2015

Mostra de Venise 2015: la fin du monde est en marche

Behemoth.jpgLa bête est arrivée sur terre. Elle s'appelle Behemoth et se trouve déjà mentionnée dans Le Livre de Job dont voici un extrait: "Et Dieu créa la bête Behemoth le cinquième jour. C'était le plus énorme monstre que la terre ait porté." Ce monstre, qui annonce peut-être la fin des temps, est au coeur de la démarche du seul documentaire en compétition officielle cette année à la Mostra, Beixi Moshuo (Behemoth) de Zhao Liang. Un voyage dantesque - La Divine Comédie y est du reste abondamment citée et lui donne même sa structure en trois parties - pour dire l'état catastrophique dans lequel se trouve la planète. Mais aussi une balade dans les plaines désertiques de la Mongolie intérieure. Prairies et champs deviennent des terres arides et incultivables. Des cités fantôme comme Ordos (photo ci-dessus) se meurent et se vident pendant que le charbon des mines tue ceux qui y travaillent à petit feu. L'horreur au coeur de la beauté, tel un paradoxe que ne cesse de soulever ce film en forme de manifeste, qui relève autant du documentaire écologique que de l'essai poétique. Allégorie inspirée par l'oeuvre de Dante, Behemoth a été tourné sans autorisations, dans des conditions difficiles, avec une équipe réduite de quatre personnes. Pour son réalisateur, le film aurait pu être tourné ailleurs, au Canada ou aux Etats-Unis, cela n'aurait rien changé, le problème étant le même partout. Dire que Behemoth a fait sensation à Venise est un euphémisme.

Reste encore un film en concours, Per amor vostro de Giuseppe M. Gaudino, avec Valeria Golino (sur la photo ci-dessous). amorvostro.jpgMais je n'ai pu le voir, mon avion m'attendant déjà pour m'emmener loin de la quiétude estivale du Lido. La 72e Mostra s'achève samedi et dans mon prochain billet, il devrait être donc question de son palmarès.

20:07 Publié dans Cinéma, Mostra de Venise 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.