08/11/2015

Tous Ecrans: "The Other Side", cette Amérique qui bascule en enfer

other-side2.jpgother-side.jpgImmersion dans une Amérique profonde inconnue. En Louisiane du Nord, où le taux de pauvreté est parmi les plus élevés du pays. De la drogue, du sexe, de la bière, de la haine. Une haine contre Obama, jugé comme seul responsable de toute cette misère. De la haine, mais pas de discours. Ni de dispositif particulier. Le cinéaste Roberto Minervini a procédé par immersion. Il a vécu avec Mark et Lisa (qu'on ne voit pas sur les trois images que j'ai choisies pour illustrer ce billet) et leur entourage, dans leur quartier de West Monroe. Observation, séquences arrachées au réel, sans misérabilisme. L'image est belle, cadrée, presque mise en scène. D'où le statut hybride de The Other Side. Ni documentaire ni fiction, mais un peu des deux, forcément. Témoin d'une réalité sordide et dérangeante (lors de sa présentation à Cannes cette année, plusieurs spectateurs avaient quitté la salle suite à une séquence de shoot d'une strip-teaseuse enceinte), Minervini ouvre la porte d'un monde gangrené et visiblement condamné. Le propre du cinéma est aussi de nous faire découvrir des univers non pas parallèles, mais contigus. Autre visage de l'Amérique - qu'on peut rapprocher du Gummo d'Harmony Korine, non par le thème mais par le genre -, baigné de séquences tour à tour tendres ou désespérantes (voire carrément glauques), The Other Side, après un peu plus d'une heure de film, bascule pourtant sans transition vers autre chose. Et s'immerge sans crier gare au sein de milices armées, celles-là même qui prédisent une révolution civile et seraient prêtes à en découdre. Entraînement militaire, exercices de tirs, imminence d'une apocalypse dont personne ne fait mystère. De la détresse au catastrophisme. De la misère noire à la violence la plus sanglante. Cette réalité-là est à portée de caméra et défie l'analyse. Dire qu'elle fait froid dans le dos relève de la tautologie. Un film implacable.

The Other Side est actuellement en compétition cinéma au Geneva International Film Festival Tous Ecrans.

otherside3.jpg

22:35 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

S'il ne pouvait s'agir que d'un film!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/11/2015

Les commentaires sont fermés.