14/11/2015

Friday 13th November 2015

wtc.pngiTELE ou BFMTV toute la nuit, des images en boucle, sans cesse rediffusées, recommentées, surcommentées. Défilés d'experts, de témoins en pleurs qui n'ont rien vu, déclarations de François Hollande, Anne Hidalgo, Barack Obama, vidéos amateur tirées d'iPhones, toujours les mêmes. Des chiffres qui changent. Des bilans provisoires qui s'alourdissent, 18 morts, puis 30, puis plus de 40, puis 80, puis plus de 100. Quelques comparaisons, Charlie-Hebdo, le 11 septembre, Beyrouth. De la non-information noyée dans l'info. Des réseaux sociaux en surchauffe. Facebook et sa page "Attentats terroristes à Paris", qui permet aux Parisiens connectés d'annoncer qu'ils sont en sécurité. Belle initative, même saluée par Twitter, où Facebook est pourtant si mal vu. Sur les TL, naissance de plusieurs hashtags: l'émouvant #PorteOuverte, qui signale des gens prêts à en accueillir d'autres pour la nuit; le légitime #NousSommesUnis; le déjà classique #PrayForParis, rapidement décliné sur des milliers de supports virtuels. Et des internautes en pleurs, désespérés, énervés, choqués, sans voix, rassemblés, insomniaques, terrorisés, craignant le pire. Des centaines de RT pour demander des nouvelles de tel ou tel proche qui était au Bataclan vendredi soir. Visages anonymes qui passent et repassent en boucle, se relayent dans l'une des nuits les plus noires du XXIe siècle. Et partout dans le monde, des bâtiments qui prennent les couleurs de la France. Je n'en ai retenu qu'un, le World Trade Center. Parce que c'est un symbole et que nul n'est besoin d'en rajouter. #RIP

04:10 Publié dans Internet, Rétrospective 2015, Télévision | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

12/11/2015

Découverte d'une nouvelle planète naine dans notre système solaire

naine2.jpgOn a beau scruter les objets les plus lointains et les plus anciens - car espace et temps vont de pair dans l'univers - on connaît décidément mal le système solaire. Voici Pluton et son halo bleu telle que photographiée par la sonde New Horizons, images dont on ne se lasse pas. Je rappelais récemment qu'elle fait partie, avec Cérès, Hauméa, Makémaké et Eris, des cinq planètes naines de notre système solaire. Grâce au télescope japonais Subaru, on en aurait découvert une sixième, trois fois plus loin que Pluton, soit à 15,4 milliards de kilomètres du soleil. Baptisée pour l'instant V774104, cette nouvelle planète naine mesure entre 500 et 1000 kilomètres de largeur. Calculer son orbite précise prendra encore environ une année. V774104 fait en effet partie d'une catégorie d'objets célestes lointains dont les orbites étranges sont peut-être causées par le voisinage d'une planète inconnue ou par des étoiles proches. On ignore d'ailleurs si elle évolue à l'intérieur du système solaire ou en dehors, à l'instar de Sedna, objet transneptunien qui fait partie du nuage d'Oort. Jusqu'alors, l'objet identifié le plus éloigné du Soleil était Eris, dont l'orbite varie de 5,7 à 14,6 milliards de kilomètres de l'astre solaire. Par comparaison, la Terre ne se trouve qu'à 149 millions de kilomètres du Soleil. Si loin, si proche.

21:16 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

11/11/2015

Tous Ecrans : Dans "Control", le style Corbijn, opacité et lumière

control-2.jpgLa grisaille est parfois esthétique. Je n'ai pas écrit esthétisante. Clope au bec, sac porté nonchalamment dans son dos, le personnage au centre de l'image nous dit sa tristesse, sa gravité, et peut-être sa solitude. Le paysage qui l'entoure, peu avenant, barre d'immeubles pauvres, apparemment vétustes, câbles électriques trouant un horizon plombé et sans soleil, pourrait l'écraser. Il n'en est rien. Il y a, malgré la présence d'éléments qui semblent nous affirmer le contraire, quelque chose de profondément lumineux ici. Une sorte d'élégance du désespoir qui est l'une des composantes de l'oeuvre d'Ian Curtis, chanteur du groupe Joy Division. Signé par Anton Corbijn, Control raconte sa vie fulgurante, son ascension et son suicide, à l'âge de 23 ans. Biopic musical, la scène punk mancunienne, l'émergence de la new wave, la dope et la défonce, quelques albums, une chanson culte, She's Lost Control, qui donne son titre au film, et ce noir et blanc immaculé qui rappelle que Corbijn fut et reste d'abord un grand photographe. Ian Curtis, comme James Dean dans Life, réalisé en 2014, ont en commun leur courte existence, un destin trop vite scellé, un sentiment d'inachèvement au bord des lèvres. Corbijn ne les traite pas en icônes, il délivre des instantanés, une vision parcellaire mais souvent juste des incandescences que ces deux artistes devaient avoir en commun. Premier long-métrage de Corbijn, Control était sorti en 2007 dans une confidentialité un rien scandaleuse. Sur son affiche anglaise (ci-dessous), on peut lire que The Guardian le considérait comme le meilleur film de l'année.

control_poster.jpgAnton Corbijn sera à l'honneur vendredi soir au Geneva International Film Festival Tous Ecrans. Control sera projeté dans l'après-midi, ainsi que plusieurs vidéoclips qu'il a réalisés.

23:01 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |