05/01/2016

Vilmos Zsigmond, extinction des feux

blow-out_02.jpgCe plan de Blow Out de Brian De Palma est une merveille. Netteté de l’image, malgré la distance séparant le hibou au premier plan de John Travolta au fond, malgré l’obscurité qui écrase tout mais laisse échapper ces éclairages permettant de parfaitement saisir les contours de ce qu’on voit. Le concret et l’abstrait fusionnent ici avec une habileté diabolique. Les regards – animal, humain – s’excluent sans s’opposer, convergeant vers un point hors-champ qui pourtant ne saurait être le même pour les deux. Le hibou voit la nuit, l’homme ne le peut pas. Composante fictionnelle opaque que la scène parvient à traduire, donnant à cette situation d’apparence incongrue (Travolta y capte en réalité du son, ce qu’on peut aisément remarquer) des fulgurances poétiques inattendues. Loin de se suffire à elle-même, la beauté suggère ici de l’émotion, à la manière de certains tableaux.

Ce plan de Blow Out est l’œuvre d’un chef-opérateur hors du commun, Vilmos Zsigmond. Il avait travaillé avec les plus grands : Spielberg, Altman, Cimino, Woody Allen, Jerry Schatzberg. On lui doit la lumière de Voyage au bout de l’enfer, Heaven’s Gate, Rencontres du troisième type (qui lui valut un Oscar), Délivrance de Boorman, Crossing Guard de Sean Penn, au hasard d’une filmographie regroupant quatre fois plus de titres, presque tous aussi importants. Zsigmond, d’origine hongroise, avait travaillé avec la plupart des auteurs de ce qu’on nomme le Nouvel Hollywood. zsigmond-06.jpgNé le 16 juin 1930 à Szeged (Hongrie), il est décédé le 1er janvier 2016 à Big Sur, en Californie, là où il avait élu domicile. Son décès a été peu relayé dans les médias (mais énormément sur les réseaux). Il est vrai que les chefs opérateurs n’ont pas bonne presse. Ils n’ont même pas presse du tout. Ce sont des maîtres de la lumière mais des hommes de l’ombre. Vilmos Zsigmond était un géant. L’un des plus grands chef op de tous les temps. RIP.

 

blowout2.jpg

22:11 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Encore un hommage remarquable, Pascal!

Comment mieux dire que vous ne l'avez formulé, le sort réservé à des personnes aussi talentueuses:

" Il est vrai que les chefs opérateurs n’ont pas bonne presse. Ils n’ont même pas presse du tout.Ce sont des maîtres de la lumière mais des hommes de l’ombre."

Merci de votre regard sensible et critique.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 06/01/2016

Les commentaires sont fermés.