29/01/2016

Jacques Rivette, le vertige de l'infini

outinfini.jpgEntre deux miroirs, l’image de Bulle Ogier, démultipliée, se propage à l’infini et tend vers le néant, c’est mathématiquement démontrable. Il y avait chez Rivette ce goût pour l’infini, qu’il savait sans doute inexistant dans la nature ou l’univers. Ce goût de l’infini jusqu’au vertige. Films fleuve – et surtout Out 1 : Noli me tangere, dont les deux images de ce billet sont tirées, et ses impossibles 12 heures 40 - ; œuvres totales, de La Belle Noiseuse à L’Amour fou (quatre heures chacun), du diptyque Jeanne la pucelle (deux fois trois heures) à cette adaptation ramassée de Wuthering Heights, Hurlevent ; de métrages extrêmes aux limites de l’expérimentation à des films plus calmes, plus standards également, tels tous ceux de la fin. Le goût du jeu, aussi, des constructions alambiquées. Paris vu comme un vaste terrain où convergent tous les possibles - et c'est bien normal, puisque Paris nous appartient -, des personnages qui apparaissent, disparaissent et réapparaissent. Un amour pour Balzac, maintes fois adapté et transformé, comédie humaine et feuilleton, anachronismes et entassement. Rivette se résumait difficilement, le cinéma de Rivette était et demeure inépuisable, résultante d’une cinéphilie acharnée, boulimique – Rivette allait voir tout ce qui sortait à Paris, sans exception, et disait qu’il fallait tout voir -, la seule possible sans doute, et d’un sens de l’engagement qui remontait à la fin des années 50, l’époque des Cahiers du cinéma, du rejet du classicisme plan plan – adieu Delannoy, Decoin ou Grangier – et de la naissance de nouvelles formes.

Nouveau langage, nouveau style, nouvelle écriture, nouveau mode de représentation. Nouvelle Vague, en somme, écrirait Françoise Giroud, sans deviner que le terme s’inscrirait dans l’Histoire. Rivette, dos tourné au système, cinéaste libre et déterminé, aimant autant l’improvisation que les cadrages les plus stricts. Ce plan de Jean-Pierre Léaud ci-dessous, devant une boutique de vieux objets dont le nom cisèle un paradoxe, Léaud loin de Truffaut mais nullement dépaysé, encadré par des rectangles de fenêtre se détachant de cette vitrine bigarrée, ce plan, donc, n’a pas été tourné à l’arrache, comme on dit parfois, mais d'évidence contrôlé à la virgule, contredisant le principe même d’un cinéma qui se passait pourtant allègrement de principes, du moins jusqu’à un certain point. Jacques Rivette nous a quittés ce 29 janvier à l’âge de 87 ans.

outhasard.jpgOut 1 – Noli me tangere sera projeté aux cinémas du Grutli du vendredi 5 au dimanche 7 février.

23:01 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

" Il y avait chez Rivette ce goût pour l’infini, qu’il savait sans doute inexistant dans la nature ou l’univers" : il partageait un dogme athée?

Écrit par : Rémi Mogenet | 30/01/2016

Fatal mois de Janvier!

Merci, une nouvelle fois, de cet hommage que vous rendez au cinéma en évoquant de manière aussi fine et sensible, Jacques Rivette.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 30/01/2016

En parlant de progrès il est question de "verticale"!

Or on peut "avancer" ou tels des danseurs "évoluer" sur scène "à plat"!

La corde raide ne soutient l'équilibriste que parce que "plate"!

J'avance, d'une étape l'autre, d'Ouchy au parc Bourget... à plat.


Comme œufs sur le...!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/01/2016

Les commentaires sont fermés.