09/05/2016

Cannes, J - 2: tout en bas des marches

cannes-hissee.jpgOn y est presque. Il n’y a pas encore de tapis rouge, ni de garde républicaine, ni de cordons pour les photographes, ni de staff officiel, ni de contrôles à l’entrée, bien que celle-ci demeure inaccessible. La grand-voile a été hissée ce lundi. L’affiche qui trônera durant douze jours au-dessus de l’entrée du Grand Auditorium Lumière pèse plusieurs tonnes et en verra passer du monde. Entre les journalistes s’entassant pour la séance presse du matin à 8 heures 30, les différentes projections officielles de la journée, et les séances de gala le soir dès 19 heures (avec un autre dress code, il va sans dire), tous les festivaliers monteront forcément au moins une fois cet escalier durant la quinzaine. Frais les premiers jours, essorés en fin de parcours. Ce lieu est sans doute le plus emblématique du rituel cannois. C’est là que passe l’intégralité de la sélection officielle – on y trouve bien deux ou trois chefs d’oeuvre chaque année -, là que les stars et les people justifient tout ou partie de leur existence, là que les festivaliers sont triés en fonction de l’importance de leur badge – le balcon étant réservé aux moins hauts dans cette hiérarchie, là que Thierry Frémaux et Pierre Lescure accueillent quotidiennement les délégations, là enfin que certaines carrières se font ou se défont. Il y a quelques mois, dans Money Drop, jeu que diffuse TFI, l’une des questions portait sur le nombre de marches que comporte cet escalier. Je vous laisse compter ou trouver la réponse en deux google trois mouvements.

22:01 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.