25/05/2016

1284 nouvelles exoplanètes, et moi et moi et moi...

exopla2.jpgCataloguées et compilées depuis 1995 - le graphique ci-dessus donne une idée de l'évolution de leurs découvertes -, les exoplanètes se détectent grâce à l’observation de variations de luminosité au voisinage d’une étoile, variations qui correspondent à leur passage devant et autour de leur étoile. Jusqu’à récemment, on (la NASA, pour faire simple) en avait recensé 2125, principalement grâce au télescope spatial Kepler. Le 12 mai dernier, des dépêches tonitruantes annonçaient la découverte de 1284 nouvelles exoplanètes, ce qui monte leur total à 3409. Il va sans dire qu’elles n’ont pas été découvertes d’un seul coup toutes en même temps. Pour chaque planète, les signaux enregistrés ont été vérifiés et recoupés au cas par cas. Il existe en effet des candidates qui ne sont au final pas des exoplanètes. C’est donc le fruit d’un travail de longue haleine que la NASA a communiqué il y a quinze jours. Notons que parmi ces 1284 nouvelles exoplanètes, 550 d’entre elles ont une taille similaire à celle de la Terre. Ce qui n’est pas peu. Mais seules neuf d’entre elles se situent dans la zone d’habitabilité de leur soleil, dans un environnement ni trop chaud ni trop froid qui permet la présence éventuelle d’eau à l’état liquide, élément fondamental pour le développement de la vie. Ces neuf planètes s’ajoutent aux douze exoplanètes potentiellement habitables déjà listées avant. Ce qui porte leur nombre à 21. Ce qui est à la fois peu et beaucoup, mais relativise surtout leur fréquence d’apparition. En clair, elles semblent plutôt rares. Cela étant, toutes ces observations ne portent pour l’instant qu’à l’intérieur de notre galaxie. Soit une paille dans l’étendue de l’univers entier.

22:14 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.