28/05/2016

Trous noirs hypermassifs: une hypothèse inattendue

graine.jpgAu coeur des préoccupations des astrophysiciens, les trous noirs restent des objets mystérieux à plus d’un titre. Récemment, je consacrais un billet à une hypothèse de Stephen Hawking concernant leur rôle dans la structure de l’univers et leur éventuelle fonction de porte de sortie vers d’autres univers. Ces derniers jours, une équipe de chercheurs italiens dirigée par Fabio Pacucci (de l'Université de Pise) s’est interrogée sur la formation et l’existence de trous noirs supermassifs. Il y en aurait à l’intérieur de chaque grande galaxie. Dans la nôtre, la Voie lactée, il y a ainsi Sagittarius A*. Mais il est moins boulimique que d’autres et n’affiche qu’une masse de quelques millions de fois celle du soleil. Dans d’autres galaxies, on peut en observer des hypermassifs qui valent plusieurs milliards de masses solaires, le plus grand recensé à ce jour avoisinant les 21 milliards de soleils. Ces trous noirs grossissent en engloutissant tout ce qui passe à leur voisinage, matière comme lumière, ou en fusionnant avec d’autres trous noirs, et il en va ainsi depuis la naissance de l’univers.

Leur croissance rapide est en revanche intrigante. D’autant plus que leur taille remonte pour ainsi dire à la naissance de l’univers, soit il y a 13 milliards d’années, y compris lorsqu’on en détecte dans de jeunes structures galactiques. D’où l’hypothèse, formulée après de longues observations avec plusieurs télescopes, qu’ils naissent en fait déjà gros (autour des 100 000 masses solaires) et se formeraient suite à l’effondrement d’énormes nuages de gaz sur eux-mêmes (vue d’artiste ci-dessus), avant de connaître une croissance normale. Jusque là, on pensait qu’ils résultaient de l’effondrement gravitationnel du cœur d’une étoile massive avant de grossir très vite en engloutissant tout ce qui passe à leur portée. Pour étayer cette nouvelle hypothèse, reste à observer encore deux candidats à ce scénario, Spitzer et Chandra, qui s’apparentent à des graines de trous noirs en formation, mais surtout à en détecter d’autres. Pour l’instant, les empreintes de ces deux-là dans les rayonnements infrarouges ne contredisent en tout cas pas cet étonnant scénario.

21:01 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

En fait d'hypothèse inattendue: après avoir bien apprécié la "représentation" (pour l'Inde une création du monde est une "manifestation") accompagnant cet article en gardant en tête le point rond central chercher sous MANDALA coloriage le précédent article de Pascal Gavillet à propos des crop circles... au point noir central noir...!

Le bouddhisme (le Dalaï lama actuel en fin artiste compose des mandala colorés dans la nature) est ce qui suit l'hindouisme lequel depuis les temps les plus anciens a toujours enseigné qu'il n'y a pas qu'un soleil et qu'une planète peuplée mai des mondes évolués heureux, d'autres, non.

Juste à temps se demander si, dans l'ensemble, aujourd'hui nous sommes de par ceux qui nous dirigent "mais auxquels nous correspondons tout plus ou moins" (égoïsme, appât forcené du gains, vanité, hypocrisie, etc.) évoluant ou involuant?

Ces mondes par l'Inde annoncés de malheureux à heureux avec tout l'entre-deux ne sont-ils pas ce que l'on nous enseigna par les trois mots suivants enfer purgatoire paradis

selon notre culture Osiris puis Jésus avec GRAIN en guise de TRAIT D'UNION descendant aux enfers juger vivants et morts...


GRAIN conduit également à l'entreprise mondialisation type MON SANTO!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 29/05/2016

Les commentaires sont fermés.