26/06/2016

Euro 2016 : Suisse et Croatie quittent l'Euro la tête haute, Pologne et Portugal se qualifient sans mérite

Shaqiri.jpgCeux qui ont vécu (ou vu) le RFA-France du 8 juillet 1982 savent à quel point les tirs au but peuvent être frustrants. Injustes. Arbitraires. Sans atteindre, ne serait-ce qu’à la cheville, la dimension dionysiaque de la rencontre de légende précitée, le Suisse-Pologne s’est lui aussi achevé sur une issue qui ne reflétait pas du tout le visage de la partie. Domination des Suisses sur des Polonais qui ne furent brillants qu’une courte demi-heure, ouverture du score un rien chanceuse, égalisation par Shaqiri en seconde période, avec une réalisation qui est sans doute le plus beau but de cet Euro (photo), puis des prolongations à l’avantage helvète, suivies de l’implacable séance des tirs au but, mauvais remake de ce Suisse-Ukraine du Mondial 2006, à l’avantage des seconds. Tout s’est joué sur pas grand-chose, forcément. Le penalty raté de Xhaka, Sommer incapable d’arrêter un seul tir polonais, et juste avant, dans la deuxième prolongation, une occasion (parmi quelques autres) de Derdiyok qui a bien failli délivrer la Nati. Transparents jusqu’à l’effacement, les Polonais auraient dû logiquement s’incliner. Ces joueurs aux noms imprononçables (je sais, c’est raciste et je m’en contrefous) affronteront le Portugal en quart de finale. Dieu que ce match risque d’être soporifique.

Le deuxième huitième de finale de la journée a vu le Pays de Galle battre logiquement l‘Irlande du Nord 1 à 0. Rien à dire et guère plus à voir, sinon une fin de partie – allez, 8 minutes à tout casser - que les Irlandais, contraints de pousser pour revenir au score, ont en vain tenté d’emballer. Mais le pire, c’était bien sûr le Croatie-Portugal de la soirée. Match le plus ennuyeux de cet Euro, il s’est achevé en prolongations avec l’ouverture du score portugaise sur un contre qui nous a réveillé de notre torpeur, alors qu’on filait droit vers une séance de tirs au but prometteuse d’un semblant de dramaturgie. Victoire clairement imméritée pour un Portugal poussif et organisé comme une équipe de troisième division et dont les «stars» brill(ai)ent surtout par leur absence. Pas de quoi klaxonner, loin de là. Tout cela est fort dommage pour la Croatie, qui reste l’une des équipes les plus séduisantes de cet Euro. Aujourd’hui, les meilleurs ne sont pas passés et les regrets sont quant à eux bien réels.

00:07 Publié dans Euro 2016, Football | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.