08/08/2016

Locarno 2016 : "O Ornitólogo", in illo tempore

ornit1.jpgDe cet homme dénudé dans la forêt, en partie entravé de lourdes cordes, possiblement endormi, posé sur quelque chose de bleu qui s'apparente de loin à une couverture, cadré comme le détail d'une fresque de Michel-Ange, évocation christique en moins (vraiment?), émarge le sentiment d'une nature morte.
ornit2.jpgDe ces masques tribaux, plus hideux que peinturlurés, reproduisant quelque rituel atavique dont le sens se dérobe, suggérant cris nocturnes et sacrificiels, brandissant des flammèches menaçantes, tout en mouvement, comme l'indique le flou sur le bras du milieu, éclate l'impression d'une violence syncrétique survivant à toute autre cérémonie.
ornit3.jpgDe ce regard perdu derrière un rocher, mélange de peur et de curiosité, laissant entrevoir la possibilité d'une menace indistincte, d'un hors-champ vénéneux, celui-là même dont les yeux de l'homme (jeune, beau, racé) paraissent se méfier, surgit le spectre de ces mystères nocturnes, bruitages amplifiés par la conscience en éveil, ombres portées aux contours menteurs, visions déformant un réel qui n'a plus prise sur le monde.


Ces trois images de O Ornitólogo de João Pedro Rodrigues, prises au hasard - et non choisies, on en trouve très peu du film sur Internet - ne suffiront pas à décrire le voyage dont il y est question. Ni les mutations engendrées par ces rencontres inattendues qui cimentent un récit au socle pourtant bien mouvant. Ni la radicalité à l'oeuvre dans une histoire puisant au carrefour des mythologies. Ni le surréalisme parfois extrême dont le cinéaste ponctue son récit, comme s'il s'agissait aussi de s'amuser. S'amuser et se perdre. Ni, enfin, cette déréliction aux accents de folie qui semble être l'une des clés d'un film qui cherche perpétuellement à nous échapper - mais est-ce précisément pour cela qu'on l'aime? O Ornitólogo est candidat au Léopard d'or. Cette possibilité-là n'est nullement déplaisante.

23:59 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.