12/08/2016

Locarno 2016 : Kévin Azaïs, acteur total

jeunesse2.jpgCe film pour prendre des nouvelles de Kévin Azaïs. Lauréat du César du meilleur espoir masculin en 2015 pour Les Combattants de Thomas Cailley, le jeune homme, 23 ans, frère du comédien Vincent Rottiers, cristallisait les attentes et crevait l'écran, si tant est qu'on me passe cette formule cliché. Peu revu depuis, ce qui est normal, tout cela étant récent, sinon dans un coin de La Belle Saison de Catherine Corsini, film d'ouverture de Locarno en 2015. Le revoici donc dans un rôle principal. Jeunesse, premier film de Julien Samani, en compétition cette année à Locarno, presque huis-clos sur un cargo dont l'équipage se compte sur les doigts d'une main. Une poignée d'hommes et Zico qui embarque - Kévin Azaïs -, recrue mal aimée au départ, trop de fougue, trop de détermination, trop de "jeunesse", en somme. Une lointaine référence à Melville, plus Moby Dick que Oomo, un visible manque de moyens, un minimalisme qui se cherche, pas de fulgurance. Le film est bien, sans plus. Mais Kévin Azaïs, de tous les plans, joue de son visage comme peu de comédiens savent le faire. Frémissement des narines, des lèvres, yeux enflammés, rage dans les veines, muscles contractés, l'acteur est total. On le reverra en 2017 dans Compte tes blessures de Morgan Simon en espérant qu'il continue à confirmer.

jeunesse.jpg

17:27 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.