02/09/2016

Mostra de Venise 2016 : Jake Gyllenhaal dans les ténèbres de "Nocturnal Animals"

nocturnal-animals.jpgLe regard inquiet, fixant un hors-champ qui n'a ni l'heur ni l'air de le rassurer, Jake Gyllenhaal n'en mène pas large. Encore que l'ombre de son inquiétude, à y bien regarder, paraît se dissiper. L'image est trompeuse. Comme son titre l'indique, Nocturnal Animals se déroule essentiellement la nuit. Histoire de ténèbres et d'obscurité, émergence de zones d'ombre vengeresses entretenues par un savant aller-retour entre deux récits qui s'emboîtent, analyse des mécanismes de la peur et de la violence. Le film de Tom Ford contient beaucoup de choses et ne saurait se réduire à une vision binaire où se mêleraient les thèmes de la création littéraire, de l'imaginaire et de la manipulation. Ni thriller ni drame psychologique, Nocturnal Animals explore l'âme humaine au scalpel, traversé par Gyllenhaal et Amy Adams - décidément partout dans cette Mostra -, non sans démontrer le caractère inique de l'homme face à son passé. Troublant et envoûtant, malgré quelques maladresses sur lesquelles je n'ai nulle envie de m'appesantir présentement.


cristo.jpgReprésentation du Christ, ce jeune homme face à la foule les bras en croix est le héros de El Cristo ciego (Le Christ aveugle), du Chilien Christopher Murray. Cette histoire de miracle et de foi est le prototype du film de festival. Une certaine rigueur, un ascétisme de circonstance, des plans soignés et un propos noble que la mise en scène ne suffira pourtant pas à transcender. Il est possible qu'on oublie ce film très vite. Ou qu'on le retrouve au palmarès d'une Mostra où tout demeure constamment possible. Pour ma part, j'ai choisi la première option.

22:27 Publié dans Cinéma, Mostra de Venise 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.