13/09/2016

Etrange signal venu de l'espace et hypothèse extraterrestre avancée (1)

signal.jpgUn «candidat SETI» - du nom du programme spatial mis en place dans les années 60 pour rechercher des signes d’intelligence extraterrestre et donc traquer les sons et signaux interstellaires - est un signal qui se démarque suffisamment des autres pour que l’hypothèse d’une émanation provenant d’une civilisation alien se profile. Début septembre, la NASA faisait état d’un tel signal, enregistré le 15 mai 2015 par un radiotélescope caucasien, en Russie, près de la frontière avec la Géorgie. Et sa signature est étroite, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus. Autrement dit, il ne s’assimile pas à ces bruits cosmiques naturels que provoquent pulsars, quasars ou gaz interstellaires. Selon l’institut SETI, les signaux à bande étroite sont en revanche la marque d’un émetteur volontairement construit. D’où l’hypothèse d’un signal émis par une civilisation extraterrestre de type I ou II (je donnerai suite à ce billet dans la semaine pour expliquer de quoi il s’agit). Mais attention, il s’agit d’une hypothèse parmi d’autres, et pas forcément de la plus évidente parmi celles qu’on peut émettre. Il est d’ailleurs possible que le signal soit en réalité causé par une interférence d'origine terrestre.

Mais au fait, d’où provient-il, ce singulier son ? D’une étoile située à 95 années-lumière, donc relativement proche à l’échelle de la galaxie, étoile baptisée du nom de HD 164595. Elle serait similaire à notre Soleil et aurait environ 6,3 milliards d’années. On sait également qu’autour de cette étoile gravite au moins une exoplanète qui boucle son orbite en 40 jours. Quant au signal lui-même, il a été émis en 1920, soit il y a près de cent ans. Voilà à peu près tout ce qu’on sait sur l’affaire. Une conférence de presse est prévue fin septembre lors du 67e Congrès international de l’astronautique à Guadalajara (Mexique), promettant des détails sur cette étoile HD 164595 dont la gamme de fréquence n’a pas encore été entièrement couverte par l’institut SETI. En attendant, je rappelle qu’un seul signal authentifié comme émanant d’une activité extraterrestre suffirait à infirmer le paradoxe de Fermi. Mais nous en sommes encore très très loin.

21:33 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il ne peut y avoir de son dans l'espace car pour que le son se propage il faut de l'air. Le son est le résultat de nos appareil de mesure qui traduit l'onde en un son perceptible a l'oreille humaine. On doit parler d'ondes spatiales et pas de sons

Écrit par : Steve Roeck | 16/09/2016

Bien sûr. Mais à notre niveau, et suite à la résultante de la détection par un appareil créé par l'homme, on peut parler de son.

Écrit par : Pascal Gavillet | 17/09/2016

Les commentaires sont fermés.