09/02/2017

"Django" et jazz manouche pour lancer Berlin

django.jpgEntendre Nuages, quelques minutes après le début de l'ouverture de la 67e Berlinale, comme un enchantement avant-coureur qui pourrait ne pas se maintenir. De biopic sur Django Reinhardt, il n'y avait jamais eu. Django, premier film d'Etienne Comar, jusqu'alors homme de l'ombre de certaines grosses productions françaises qu'il (co)finança, n'en est pas tout à fait un, se concentrant sur ce que vécut le musicien dans la période cruciale de 39-45. Tentative de fuite, fausse amitié avec des occupants qui semblaient pourtant apprécier sa musique, persécution des tsiganes, petite histoire d'amour, concerts et bagarres de coulisses. Heureux de découvrir que Comar ne se repose pas sur la musique d'un génie. Son film aurait pu dérouler une playlist en forme de best of manouche, jouer sur la nostalgie facile et évocatrice que les plus célèbres morceaux ne manquent pas de charrier, et surtout, surtout, montrer comment l'homme a conquis le public et la France. Ouf, pas ici d'années d'enfance difficile, de galères plus ou moins supposées ou d'influences putatives appuyées. A peine voit-on le père dans une séquence d'ouverture qui sonne comme un prologue sans avertissement.
Ravis également de voir enfin Reda Kateb dans un rôle de première catégorie pour lequel le spectre de la performance imitative guettait au coin de chaque plan. Au lieu de ça, l'acteur s'injecte dans Django, apprend par coeur le personnage pour mieux l'investir puis s'en délester. Le mélange est raccord avec la démarche. Manque juste un poil plus de volontarisme et d'audace dans la mise en scène pour s'affranchir d'un genre - le film historique - dont les règles demandent parfois à être un peu secouées, comme le fait pourtant, dans une certaine mesure, la séquence finale de ce métrage. Voici donc un film d'ouverture honorable, qui figure par ailleurs en compétition.
Je m'efforcerai, dans la mesure du possible, de revenir chaque jour sur les films présentés cette année en ou hors compétition à Berlin.

23:42 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.