12/02/2017

Berlin 2017 - Une actrice transgenre et la haine viscérale des chasseurs

una-mujer-fantástica.jpgLa voici, l'héroïne d'Una mujer fantastica, le nouveau film de Sebastian Lelio, acclamé ici en 2013 avec Gloria. Une actrice transgenre qui s'appelle Daniela Vega et va se retrouver au coeur d'un drame à plusieurs niveaux - tout commence par un malaise qui nous conduit directement à l'hôpital - multipliant les interrogations sur l'identité. C'est terriblement bien amené et raconté, sans aucune scène inutile, surprenant de bout en bout. Evitant tous les écueils, tous les pièges de son scénario, le cinéaste chilien assume une sûreté narrative qui s'affirme d'un film à l'autre. Ne pas le distinguer au palmarès de la Berlinale pourrait relever, à ce niveau-là, de la pure injure.

spoor.jpgChangement de décor. Nous sommes ici en pleine forêt, du moins les trois quarts du temps. Des morts mystérieuses, une femme retirée dans sa maison, un amour des animaux qui vire à l'obsession, une haine viscérale des chasseurs. Singulier décor pour un film aux allures de thriller qui marque aussi le retour d'Agnieszka Holland aux affaires, c'est-à-dire au cinéma, plus précisément au grand écran. Les ambitions sont là, mais le résultat demeure par instants foutraque, pas assez tenu. Tiré d'un roman, divisé en chapitres, Pokot (Spoor) se veut subversif, la peinture d'une réalité anarchique et volontiers étrange. Certes, mais...

23:57 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.