15/02/2017

Berlin 2017 : Deneuve vieillit décidément de mieux en mieux

sage-femme.jpgCes regards vers un hors-champ prometteur n'indiquent pas forcément la complicité mais ne la contredisent pas non plus. Catherine Deneuve et Catherine Frot, tandem inédit et paradoxalement désassorti dans Sage-femme, ce film de Martin Provost qui semble écrit pour les deux comédiennes. Rien de très transcendant: des dialogues ciselés, des situations passant du rire aux larmes, un récit solide, et une Deneuve qui vieillit de mieux en mieux. Rien de transcendant mais un exemple de bon film sachant éviter la qualité française à tout prix et possédant une justesse de ton permettant d'aborder les thèmes les plus graves avec cette légèreté désormais nécessaire. Et non, je ne vous ferai pas l'affront de résumer ce film qui sort très bientôt (en mars).


kaurismaki.jpgCe regard vers un autre hors-champ paraît plus inquiétant, et en tout cas plus morose. Cadrages et éclairages savants pour un personnage - peut-être un réfugié, et peut-être même un réfugié syrien - qui semble en partance ou en attente. Khaled (Sherwan Haji) est l'un des héros des deux histoires convergentes du dernier film d'Aki Kaurismäki, Toivon tuolla puolen, qui devrait être traduit par L'Autre Côté de l'espoir. Rien de surprenant de la part du plus célèbre des cinéastes finlandais: un regard décalé, un surréalisme en adéquation avec une thématique sociale actuelle, une mise en scène aussi soignée que minimaliste et un casting d'habitués (pour la plupart) des autres films de l'auteur. Il a été acheté en Suisse, donc vous le découvrirez au cours de l'année.

22:26 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.