12/07/2017

Locarno 2017 : Robert et Robert (et les autres)

tourneur.jpgpattinson.jpgOn aura Robert Mitchum dans un chef d'oeuvre de Tourneur, Out of the Past, et Robert Pattinson dans le dernier film des frangins Safdie, Good Time (j'en ai écrit quelques mots durant Cannes). Un Godard inédit mais restauré, Grandeur et décadence d'un petit commerce de cinéma (diffusé jadis, c'est-à-dire en 1986, sur le petit écran), et un Wang Bing tout court (86 minutes) en compétition, Mrs. Fang. Et beaucoup d'autres choses. Révélé ce matin par son pétillant directeur, Carlo Chatrian, le programme complet des 70 ans du Festival du film de Locarno est comme à son habitude pléthorique, incluant en somme plusieurs festivals dans le festival. Dresser la liste de tous les films et des nombreux invités de cette édition ne servirait pas à grand-chose, on trouve tout cela sans problème sur leur site (www.pardo.ch), avec notamment un diaporama impressionnant de tous les invités. "Avoir une grande tradition et une longue histoire ne garantit pas l'avenir", déclare en préambule à son discours Mario Timbal, actuel COO qui partira au terme de cette édition. La phrase, loin de ne s'appliquer qu'au petit monde des festivals et du cinéma, mériterait dissertation. En attendant de la confronter à la réalité du terrain, c'est-à-dire des écrans locarnais, voici quelques impressions que dégagent a priori les principales sections de la manifestation.
En compétition internationale, là où résident en général le plus d'inconnues, auteurs radicaux voisineront avec quasi-anonymes. La présence de F.J. Ossang, de Wang Bing, de Serge Bozon, de Raul Ruiz à titre posthume (film achevé par sa veuve, Valeria Sarmiento), de Denis Côté (Locarno a aussi ses abonnés), du comédien John Carroll Lynch (premier film), dénote une ligne qui ne semble pas craindre les extrêmes, ce qui me réjouit. Du côté de la Piazza, forcément plus mainstream, on retrouvera Noémie Lvovsky en ouverture (Demain et tous les autres jours), l'étonnant binôme Hélène Cattet/Bruno Forzani (Laissez bronzer les cadavres), Samuel Benchetrit (Chien), une comédie romantique signée Michael Showalter (The Big Sick), un thriller avec Charlize Theron (Atomic Blonde) et un docu sur Gotthard, le groupe (Gotthard - One Life, One Soul), pendant que défileront sur la scène les lauréats des différents prix d'honneur, de Nastassja Kinski à Jean-Marie Straub. J'en oublie forcément, c'est aussi le but de l'exercice. Au sein de la section compétitive Cinéastes du présent, on guettera le nouveau film de Valérie Massadian, ancien modèle de Nan Goldin (Milla), ainsi que celui d'Ilian Metev (3/4), cinéaste bulgare remarqué en 2012 avec Sofia's Last Ambulance. Pour le reste, on se fiera à l'instinct. Enfin, pour la rétrospective Jacques Tourneur, on tâchera de voir tout ce qu'on n'a pas vu, et la liste est longue. A dans quelques jours.

16:34 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.