13/08/2017

Locarno 2017 : Attention, ceci n’est pas un bilan !

wang.jpgNous allions au cinéma par peur de l’ennui ou par goût de l’obscurité. En en sortant, sans doute attendions-nous un signe inconscient que distillerait quelque anonyme quidam depuis une terrasse, presque en face de l’entrée de la salle. Il était dit que cette année, Locarno réussirait à faire sourire Wang Bing, comme on le voit sur la plupart des photos depuis samedi soir et l’annonce de son Léopard d’or pour Mrs. Fang. La juxtaposition des films, leur hasardeuse et parfois douloureuse cohabitation, leur accumulation, addition plus que soustraction – presque un groupe abélien, quoique non, en fait, car où serait l’élément neutre ? -, leur évacuation, leur digestion, suite de notes disparates consignées dans des carnets ou mémorisées, aboutissent à cet éternel paradoxe que constitue un palmarès. On (c’est-à-dire le jury) prime les meilleurs, du moins ceux qu’il ( !) considère comme tels, oubliant, voire rejetant les autres, dans un mouvement régressif qui s’inscrit peu ou prou dans l’histoire d’un festival, parfois du cinéma, et qui marque la carrière des primés qui les ont réalisé. A propos de Mrs. Fang, retenons qu’il s’agit de l’une des premières fois qu’un documentaire l’emporte à Locarno. Je remonte la liste des Léopards d’or depuis tout à l’heure et il me semble n’en voir aucun autre. Plus effrayant, la plupart des titres ne me disent rien, alors que je vais à Locarno depuis environ trente ans. Qui se souvient de Han Jia de Li Hongqui, film chinois lui aussi sacré Léopard d’or, en 2010 ? Nous étions-nous enthousiasmés pour Private de Valerio Costanzo, en 2004 ? Que valait Parque via, du Mexicain Enrique Rivero, en 2008 ? Aucun blog n’en porte trace. Dans dix ans, je consulterai le mien pour savoir ce que je pensais de la sélection 2017. Enfin, nous verrons bien.

PS : Si je n’ai pas parlé de En el séptimo dia de Jim McKay, en compétition, c’est que je ne sais absolument pas quoi en dire.

21:18 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2017 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je te l'accorde Pascal: les films primés à Locarno sortent rarement en salles en Suisse (peut-être ailleurs ? Je n'en sais rien). De toutes façons, les seuls récompenses qui comptent sont la Palme d'Or de Cannes, le Grand Prix de Cannes et les Oscars. A part cela, prix ou pas prix, cela n'a aucune incidence sur la carrière des films. Mais cela fait plaisir. C'est déjà ça !!!

Écrit par : Jean-Pierre Grey | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

Merci de ce compte-rendu révélateur de ce qui semble pouvoir être énoncé à propos d’autres concours mais pas de tous, ne généralisons pas et évitons trop de pessimisme!

Cela dit, c’est toujours un plaisir de vous lire et de suivre votre série, né(e) un...

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 13/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.