22/01/2018

Sommeil trompeur

alone.jpgJuste des corps qui se relâchent. Apaisés, assoupis. Et habillés. Tous trois ont l’air de flotter, et rien de sexuel ne circule entre eux. Ces deux hommes et cette femme sont offerts au regard, posés sur un matelas, à même le sol ou peut-être à quelques mètres de ce dernier. Le décor est rudimentaire, il évoque la pauvreté, la précarité, la promiscuité. Mais pas le malheur. Les yeux fermés, ces personnages ont l’air paisibles, reposés, comme détachés de toute contingence. Au centre du trio, les familiers de Tsai Ming-liang auront reconnu son acteur fétiche, ce Lee Kang-cheng qui traverse absolument tous ses films et ne quitte jamais le cinéaste, comme s’il était son double, son amant, son alter ego, son ombre, peu importe. Dans I Don’t Want to Sleep Alone, il est de presque tous les plans. Silencieux, prostré, ramassé. Dans ce film, le temps devient matière et s’étire jusqu’à l’obsession. Lenteur et silence composent ce monde intérieur que la mise en scène déconstruit jusqu’à l’abstraction. Le film est presque aussi beau que le méditatif (qualifions-le ainsi, par paresse et commodité) Stray Dogs, à ce jour le plus miraculeusement sépulcral de son auteur. Réalisé en 2006, I Don’t Want to Sleep Alone n’a connu qu’une diffusion confidentielle, on s’en doute. Les festivals servent à contredire ce douloureux atavisme du cinéma moderne. Et ceux qui refuseraient de rejoindre ce trio endormi ont décidément tout faux.

I Don’t Want to Sleep Alone est programmé ces jours à Black Movie.

21:34 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Un grand merci, une fois encore, de vos articles critiques et de vos chroniques, Pascal. C’est un véritable plaisir, chaque fois, de vous lire.

S’agissant des sujets mathématiques, c’est un autre univers que vous nous offrez, tout aussi passionnant mais un peu moins accessible, en dépit de la qualité de vos propos, vous le concevrez sans doute :-)

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 22/01/2018

Les commentaires sont fermés.