18/02/2018

Berlinale 2018: où l'on se découvre un intérêt inattendu mais tout à fait réel pour la prière

priere.jpgIls ont l'air de moinillons, ou de potes qui se réunissent pour s'amuser, mais l'absence de filles sur cette image constitue un indice qui nous aiguillerait volontiers sur une autre piste. En réalité, il s'agit de jeunes ex-drogués qui ont rejoint une communauté supervisée par un prêtre catholique et qui vont tenter d'échapper à cet enfer qu'était leur existence jusque-là. Le héros de La Prière, c'est Thomas (Anthony Bajon), au centre, le seul qui a les bras croisés, et que Cédric Kahn va suivre dans un film solide opposant la foi et la tentation, la liberté et l'esclavagisme. Rien de sommaire, un regard juste, un pathos bien géré et partiellement évacué, et une manière d'immerger l'homme dans la nature sans user de raccourcis thématiques. L'un des très bons films du concours berlinois.
figlia.jpgOn aurait aimé en dire autant de Figlia mia, le nouveau film de Laura Bispuri, qui nous avait tant plus en 2015 avec Vergine giurata. Mais malgré ses trois actrices au regard lumineux - Sara Casu, Alba Rohrwacher et Valeria Golino -, cette histoire familiale âpre et tendue se délite et n'est absolument pas tenue par une réalisatrice qui filme sans se poser la question du point de vue qu'elle doit avoir.
toppen.jpgCela dit, on trouve toujours pire. Surtout dans le concours berlinois. Voici Léonore Ekstrand, la comédienne bientôt septuagénaire de Toppen av ingenting, cosigné par les Suédois Axel Petersén et Måns Månsson, portrait lamentable d'une femme qui hérite d'un immeuble et se découvre un semblant de liberté en s'adonnant aux plaisirs de la luxure. C'est désespérément laid et pas drôle. Désolé, mais je zappe.

23:08 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17/02/2018

Berlinale 2018: sans Huppert, rien ne va plus

eva_5985.jpegD'Eva, roman écrit par James Hadley Chase en 1945, Joseph Losey avait tiré un film en 1962. Il y avait Jeanne Moreau, Venise, des salles de jeux et Stanley Baker qu'on aimait détester. Sans relire le roman de Chase ni revoir le film de Losey, Benoit Jacquot nous en livre une nouvelle version, variation hédoniste sur le thème de la manipulation et de la séduction. Il y a Isabelle Huppert, Annecy, des salles de jeu et Gaspard Ulliel qu'on a malgré tout un peu de peine à détester. Affublée d'une perruque, très souvent, Huppert mène la danse et le film, qu'on le veuille ou non. Avec n'importe qui d'autre - et penser que Charlotte Gainsbourg avait été pressentie un temps pour le rôle me procure quelques frissons d'effroi -, le film se casserait totalement la gueule. Mais cet Eva tient la route. Ulliel demeure crédible et Huppert royale. Moyennement apprécié à la Berlinale, ce qui est généralement bon signe.


dovlatov.jpgDe Dovlatov Sergueï, ici joué par Milan Maric, on - c'est-à-dire "je" - ne savait rien, sans doute par paresse. Le nouveau film d'Alexey German Jr. se charge de combler cette lacune avec ce portrait en mouvement d'un écrivain russe exilé dont l'oeuvre revêt aujourd'hui une importance qui ne semble pas discutable. En mouvement, car Dovlatov est tout sauf statique et figé dans cette fiction qui se centre sur le début des années 70, décennie où l'écrivain sera systématiquement rejeté. En mouvement, car il ne s'agit jamais d'un biopic que ce film largement choral où le groupe supplante souvent l'individu dans des plans composites probablement hérités du père du cinéaste. De German Jr., Dovlatov est déjà le quatrième long-métrage. L'oeuvre commence à se dessiner. Ce film le confirme avec une outrance tenue et plaisante.

23:25 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/02/2018

Berlinale 2018: Robert Pattinson sourit, nous un peu moins

damsel.jpgCe n'est pas encore la compétition la plus engageante qu'on ait connue que celle de ce début de Berlinale. Robert Pattinson et Mia Wasikowska ont beau avoir l'air tout sourire, ils ne donnent guère de reliefs aux ternes paysages de Damsel, western et comédie imaginé par les frères Zellner qui ont peut-être séduit Sundance, mais pas Berlin. Le minimalisme assumé ne mène pas loin sinon à une forme de fixité guindée qui ne fait jamais mouche. Et quelle idée saugrenue de faire disparaître le héros du film aux deux tiers de l'histoire. L'amateurisme devient gênant, le film tourne en rond comme ses personnages, qui donnent la réplique à des troncs d'arbre et un poney. L'ouest américain a pris un coup de vieux.


herederas.jpgLas Herederas ("les héritières"), premier film du Paraguayen Marcelo Martinessi, explore une thématique sociétale que les mouvements LGBT vont récupérer, mais sans jamais angler son sujet sous cet aspect-là. Ce portrait peu apitoyé de deux vieilles dames confrontées aux vicissitudes de l'âge et entortillées par un sale destin qui les rattrape, mais pour lesquelles une nouvelle vie va s'imposer, pêche par manque de dynamisme. La mollesse de la mise en scène, de la narration, de ce qu'on nous raconte et du jeu des comédiennes, tendent vers l'ennui le plus tenace. On a beau espérer que le film décolle et finisse par s'apparenter à un Gloria de Sebastian Lelio (auquel il est comparable), rien n'y fait. C'est assez laid et quelconque. Du début à la fin.

23:40 Publié dans Cinéma, Festival de Berlin 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |