12/04/2018

Festival de Cannes 2018: la possibilité d'un nouveau départ

godard.jpgIl y aura Xavier Dolan avec son premier film en anglais, l'inamovible Sorrentino Paolo et Jacques Audiard avec un casting très américain, Jake Gyllenhaall en tête. Eh bien non! Ceux-ci ne seront pas là. Mais il y aura ceux-là, annoncés ce jeudi 12 avril. A savoir Godard, avec un film dont on n'a vu que deux (peut-être trois) images (dont une ci-dessus), Le Livre d'images, dont voici l'élégant synopsis: "Rien que le silence, rien qu’un chant révolutionnaire, une histoire en cinq chapitres, comme les cinq doigts de la main". Spike Lee, guère plus repassé par la Croisette depuis une vingtaine d'années (sauf erreur la dernière fois en 1999 avec Summer of Sam à la Quinzaine des réalisateurs) et qui y opérera son retour avec Blackkklansman. Et Hirokazu Kore-eda avec Shoplifters, énième histoire familiale de son cru, mettant cette fois en présence des voleurs. A leurs côtés - mon choix était purement subjectif, sauf en ce qui concerne Godard -, quinze autres longs-métrages seront en lice pour la Palme d'or au Festival de Cannes entre le 8 et le 19 mai. Il s'en ajoutera peut-être encore un ou deux. En 2017, The Square de Ruben Östlund avait ainsi rejoint la compétition in extremis, puis obtenu la Palme d'or. Dans l'attente, citons-les. Asghar Farhadi (en ouverture), Stéphane Brizé, Matteo Garrone, Ryusuke Hamaguchi, Christophe Honoré, Eva Husson, Jia Zhang-ke, Nadine Labaki, Lee Chang-Dong, David Robert Mitchell, Jafar Panahi, Pawel Pawlikowski, Alice Rohrwacher, A.B. Shawky (seul premier film du concours) et Kirill Serebrennikov. Cette liste appelle-t-elle déjà des commentaires, sachant qu'aucune des oeuvres n'a pour l'heure pu être visionnée? Oui.
Elle (la liste) suggère la vague impression d'une volonté de rebattre les cartes par rapport aux attentes, de proposer une compétition et colonne vertébrale sensiblement différentes, sensation que les nouvelles grilles horaire (les journalistes privilégiés comme nous le sommes ne devraient plus découvrir les films avant) semblent également accréditer, même si aucune grille n'est encore parue. Par exemple, aucune ex-Palme d'or ne figure parmi ces dix-huit titres, et quelques grands favoris, ceux-là même que je citais en première phrase de ce billet, ont été écartés, pour des raisons que j'ignore et sur lesquelles je ne livre aucune hypothèse. En bref, il y aura une sorte de sang neuf dans cette 71e sélection cannoise. Hors-compétition (à vue de nez une douzaine de films), la chose est moins flagrante. Il faudra même subir Solo: A Star Wars Story, spin-off signé Ron Howard dont je me serais allègrement passé et que tout le monde risque de faire semblant d'attendre comme l'événement du semestre. L'impression d'un vaste renouvellement surgit aussi à la découverte des quinze titres de la section parallèle "Un certain regard", même si de manière moins évidente que la compétition officielle.
Au-delà de ces annonces, je note que cette année, aucune production Netflix ne sera la bienvenue sur la Croisette, que les rebelles qui oseront prendre un selfie sur les marches seront punis (24 heures sans projo), que des premières synthèses des films retenus font état d'un contenu très politisé (comme si cela changeait par rapport aux autres années), et qu'aucune trace d'irrévérence ne pointe pour l'heure le bout de son nez dans un festival qui paraît vouloir éviter les polémiques comme la peste. Les femmes auront droit au chapitre - trois en compétition, Cate Blanchett en présidente du jury, Ursula Meier à celui de la Caméra d'or -, la délégation asiatique est conséquente, l'Arabie saoudite sera présente pour la première fois officiellement cette année, et encore plein de choses que j'oublie sciemment et sur lesquelles il sera bien temps de revenir.

18:15 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2018 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Attention avec Godard et .........un nouveau mai 1968!

Écrit par : Dominique Degoumois | 12/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.