19/04/2018

Ils nous ont quittés en février 2018

ouedraogo.jpgA l'heure où la planète cinéma s'agite pour Cannes, qui débute dans 19 jours, il est bon de se rappeler que quelques cinéastes s'y sont fait connaître mais semblent déjà oubliés. N'est-ce pas le cas d'Idrissa Ouedraogo, réalisateur burkinabé qui nous a quittés le 18 février à l'âge de 64 ans? D'abord découvert à la Quinzaine des réalisateurs avec Yaaba, en 1989, il a affronté deux fois la compétition officielle, avec Tilaï en 1990, puis avec Kini et Adams en 1997, non sans y décrocher quelques prix au fil des ans. Forte d'une dizaine de longs-métrages, de plusieurs courts et de quelques documentaires, son oeuvre compta beaucoup pour la reconnaissance du cinéma africain, dont il fut, avec Ousmane Sembene, Souleymane Cissé, Hailé Gerima et plus près de nous Abderahmane Sissako, une sorte de chef de file, même si l'expression ne lui sied décidément pas plus qu'aux autres. Dans les années 90, il y eut une certaine agitation autour de son nom et autour d'un continent dont la production de films allait singulièrement s'amenuiser avec les années pendant que les archives et les copies d'anciens métrages tendraient à la disparition, dans une indifférence générale hélas symptomatique. S'agissant d'Ouedraogo, qui a coproduit la plupart de ses films avec d'autres pays, et notamment la France, le patrimoine est conservé, et même disponible en DVD, voire en streaming.


Voici la liste non exhaustive des disparus de février 2018 dans le domaine du cinéma et de la culture.


Vic DAMONE, chanteur américain (12 juin 1928 - 11 février 2018).
Nanette FABRAY, actrice américaine (27 octobre 1920 - 22 février 2018).
John GAVIN, acteur américain (8 avril 1931 - 9 février 2018).
Lewis GILBERT, réalisateur britannique (6 mars 1920 - 23 février 2018).
Kenneth HAIGH, acteur anglais (25 mars 1931 - 4 février 2018).
Didier LOCKWOOD, violoniste français (11 février 1956 - 18 février 2018).
Taïeb LOUHICHI, cinéaste tunisien (16 juin 1948 - 21 février 2018).
John MAHONEY, acteur américain (20 juin 1940 - 4 février 2018).
Idrissa OUEDRAOGO, cinéaste burkinabè (21 janvier 1954 - 18 février 2018).
Folco QUILICI,  réalisateur italien (9 avril 1930 - 24 février 2018).
Hugo SANTIAGO, réalisateur argentin (12 décembre 1939 - 27 février 2018).a
Françoise XENAKIS, écrivaine française (27 septembre 1930 - 12 février 2018).
Bernard ZITZERMANN, directeur de la photographie français (19 juin 1942 - 1er février 2018).

15:55 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

18/04/2018

Ils nous ont quittés en janvier 2018

gall.jpgInsensiblement, les années 60 s'éloignent de nous, et ses idoles disparaissent petit à petit. La liste s'est allongée en janvier avec le décès de France Gall, chanteuse que la plupart des générations avaient adoptée et aimée. Survivante de l'âge d'or des studios, des mélos de la Universal, des films noirs de la Warner, Dorothy Malone (photo 2), 93 ans, n'avait plus rien tourné depuis Basic Instinct de Paul Verhoeven, en 1992. Le comédien Arnaud Giovaninetti (photo 3) n'avait, lui, que cinquante ans lorsqu'il s'en est allé subitement. Décès que sa compagne a choisi de faire savoir par un message sur les réseaux sociaux. Voici la liste des principaux disparus du cinéma et de la culture de janvier 2018.

Yves AFONSO, acteur français (13 février 1944 - 21 janvier 2018).
Eddie CLARKE, musicien britannique (5 octobre 1950 - 10 janvier 2018).
Bradford DILLMAN, acteur américain (14 avril 1930 - 16 janvier 2018).
Françoise DORIN, comédienne et écrivain française (23 janvier 1928 - 12 janvier 2018).
Bernard de FALLOIS, éditeur français (9 mai 1926 - 2 janvier 2018).
France GALL, chanteuse française (9 octobre 1947 - 7 janvier 2018).
Arnaud GIOVANINETTI, acteur français (3 juillet 1967 - 23 janvier 2018).
Edwin HAWKINS, musicien américain (19 août 1943 - 15 janvier 2018).
Noémi LAPZESON, danseuse et chorégraphe argentine (28 juin 1940 - 11 janvier 2018).
Jacques LASSALLE, dramaturge français (6 juillet 1936 - 2 janvier 2018).
Jean-Claude LATTES, éditeur français (3 septembre 194    1 - 27 janvier 2018).
Dorothy MALONE, actrice américaine (29 janvier 1924 - 19 janvier 2018).
Dolores O'RIORDAN, chanteuse irlandaise des Cranberries (6 septembre 1971 - 15 janvier 2018).
Pierre PECHIN, humoriste français (10 février 1947 - 29 janvier 2018).
Jean PORTER, actrice américaine (8 décembre 1922 - 13 janvier 2018).
Mark E. SMITH, chanteur britannique de The Fall (5 mars 1957 - 24 janvier 2018).
Hugh WILSON, réalisateur américain (21 août 1943 - 14 janvier 2018).
Peter WYNGARDE, acteur britannique (23 août 1927 - 15 janvier 2018).

malone.jpg

giovaninetti.jpg

16:39 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

12/04/2018

Festival de Cannes 2018: la possibilité d'un nouveau départ

godard.jpgIl y aura Xavier Dolan avec son premier film en anglais, l'inamovible Sorrentino Paolo et Jacques Audiard avec un casting très américain, Jake Gyllenhaall en tête. Eh bien non! Ceux-ci ne seront pas là. Mais il y aura ceux-là, annoncés ce jeudi 12 avril. A savoir Godard, avec un film dont on n'a vu que deux (peut-être trois) images (dont une ci-dessus), Le Livre d'images, dont voici l'élégant synopsis: "Rien que le silence, rien qu’un chant révolutionnaire, une histoire en cinq chapitres, comme les cinq doigts de la main". Spike Lee, guère plus repassé par la Croisette depuis une vingtaine d'années (sauf erreur la dernière fois en 1999 avec Summer of Sam à la Quinzaine des réalisateurs) et qui y opérera son retour avec Blackkklansman. Et Hirokazu Kore-eda avec Shoplifters, énième histoire familiale de son cru, mettant cette fois en présence des voleurs. A leurs côtés - mon choix était purement subjectif, sauf en ce qui concerne Godard -, quinze autres longs-métrages seront en lice pour la Palme d'or au Festival de Cannes entre le 8 et le 19 mai. Il s'en ajoutera peut-être encore un ou deux. En 2017, The Square de Ruben Östlund avait ainsi rejoint la compétition in extremis, puis obtenu la Palme d'or. Dans l'attente, citons-les. Asghar Farhadi (en ouverture), Stéphane Brizé, Matteo Garrone, Ryusuke Hamaguchi, Christophe Honoré, Eva Husson, Jia Zhang-ke, Nadine Labaki, Lee Chang-Dong, David Robert Mitchell, Jafar Panahi, Pawel Pawlikowski, Alice Rohrwacher, A.B. Shawky (seul premier film du concours) et Kirill Serebrennikov. Cette liste appelle-t-elle déjà des commentaires, sachant qu'aucune des oeuvres n'a pour l'heure pu être visionnée? Oui.
Elle (la liste) suggère la vague impression d'une volonté de rebattre les cartes par rapport aux attentes, de proposer une compétition et colonne vertébrale sensiblement différentes, sensation que les nouvelles grilles horaire (les journalistes privilégiés comme nous le sommes ne devraient plus découvrir les films avant) semblent également accréditer, même si aucune grille n'est encore parue. Par exemple, aucune ex-Palme d'or ne figure parmi ces dix-huit titres, et quelques grands favoris, ceux-là même que je citais en première phrase de ce billet, ont été écartés, pour des raisons que j'ignore et sur lesquelles je ne livre aucune hypothèse. En bref, il y aura une sorte de sang neuf dans cette 71e sélection cannoise. Hors-compétition (à vue de nez une douzaine de films), la chose est moins flagrante. Il faudra même subir Solo: A Star Wars Story, spin-off signé Ron Howard dont je me serais allègrement passé et que tout le monde risque de faire semblant d'attendre comme l'événement du semestre. L'impression d'un vaste renouvellement surgit aussi à la découverte des quinze titres de la section parallèle "Un certain regard", même si de manière moins évidente que la compétition officielle.
Au-delà de ces annonces, je note que cette année, aucune production Netflix ne sera la bienvenue sur la Croisette, que les rebelles qui oseront prendre un selfie sur les marches seront punis (24 heures sans projo), que des premières synthèses des films retenus font état d'un contenu très politisé (comme si cela changeait par rapport aux autres années), et qu'aucune trace d'irrévérence ne pointe pour l'heure le bout de son nez dans un festival qui paraît vouloir éviter les polémiques comme la peste. Les femmes auront droit au chapitre - trois en compétition, Cate Blanchett en présidente du jury, Ursula Meier à celui de la Caméra d'or -, la délégation asiatique est conséquente, l'Arabie saoudite sera présente pour la première fois officiellement cette année, et encore plein de choses que j'oublie sciemment et sur lesquelles il sera bien temps de revenir.

18:15 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2018 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |