10/07/2018

A Bologne, les divas ont repris le pouvoir

moglie.jpgElles avaient le monde à leurs pieds. Le cinéma se conformait à leurs désirs et elles en exprimaient la puissance par leur seule présence. Dans les années dix, et jusqu'au début des années 20, les divas règnent sur le cinéma italien et s'exportent dans le monde entier. Ce qu'il en reste aujourd'hui, on ne peut le découvrir que dans des festivals rétrospectifs comme Bologne, ou parfois, des films invisibles, perdus, retrouvés, puis restaurés, sortent des limbes, complétant des connaissances forcément fragmentaires sur le sujet. Pas mal de muets italiens figuraient au programme cette année. Les divas n'étaient donc pas en reste. La Moglie di Claudio de Gero Zambuto (1918), qu'on peut du reste trouver sur le net si l'on n'est pas trop difficile sur la qualité du visionnement, met en scène Pina Menichelli (ci-dessus). Dans un rôle de femme méchante et ignoble dont elle semblait détenir le secret. Ses apparitions sont hypnotiques, elles dictent la narration du film, allant jusqu'à faire office de mise en scène dans ce sombre drame sur l'amour et la jalousie. Elle éclipse évidemment tous les autres, donnant à voir un monde perdu dont elle seule possède la clé.
La plus comique Leda Gys - elle n'était pas la seule, et me vient en mémoire Lea Giunchi - tient la vedette dans Vedi Napule e po' mori d'Eugenio Perego (1924), qui conjugue un naturalisme peu courant pour l'époque (beaux plans du Naples des années 20) à un goût pour les scènes de groupe également inhabituel. Plaisant, le film ne dit rien de majeur sur son actrice, davantage au service de l'intrigue que l'inverse.
bertini.jpgOn peut affirmer le contraire à propos de L'Avarizia de Gustavo Serena (1919), qui fait partie d'un ensemble de sept films, I Sette Peccati capitali, qu'on aurait tous retrouvés en République tchèque (ont-ils été restaurés? et sinon quand?). Le film vaut évidemment pour la grande Francesca Bertini, qui s'en sert comme d'un écrin (photo ci-dessus). Le métrage s'emballe et s'avère plus savoureux dans sa seconde partie, car l'actrice y est davantage en roue libre. Le drame éclate, la diva se roule dans la fourrure, feignant d'endurer mille morts, retrouvant la justification de son existence. Production ambitieuse pour l'époque, L'Avarizia est un film luxueux aux accents presque baroques. Le tandem Bertini/Serena, déjà aux commandes en 1915 d'Assunta Spina, augure d'un film contrôlé dans sa démesure. On attend désormais la restauration des six autres.
Enfin, de Lyda Borelli, la plus grande de toutes, aucun nouveau fragment n'est apparu cette année, mais un constat optimiste s'impose. Des treize films qu'elle tourna (elle se retira en 1918), pratiquement la moitié existe, ce qui est largement supérieur aux chiffres usuellement brandis pour décrire la situation du cinéma muet, considéré comme perdu à plus de 80%. Que doit-on en déduire? Hélas rien. Le fait qu'une actrice de son calibre soit davantage conservée qu'une vedette de second rang n'a rien d'étonnant. On a ainsi pu voir un trop court fragment de son ultime film, La Leggenda di Santa Barbara, dont il ne semble subsister rien d'autre. Trop succinct pour se faire une idée. Quant au Carnevalesca d'Amleto Palermi (1917), retrouvé dans les années 90, il demeure toujours aussi délicieusement rocambolesque. Dans l'attente d'en retrouver davantage, il faut évidemment conseiller ici l'acquisition d'un DVD événement sorti durant le festival de Bologne, Dive!. Il contient quatre films indispensables: Ma l'amor mio non muore de Mario Caserini (1913), Rapsodia satanica de Nino Oxilia (1915), tous deux avec Borelli, et Sangue bleu de Nino Oxilia (1914) et Assunta Spina de Gustavo Serena (1915), tous deux avec Bertini. En voici la jaquette:

dive dvd.jpg

17:06 Publié dans Cinéma, Cinéma muet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.