13/07/2018

A Bologne, la révélation d'une cinéaste majeure

notari.jpgD'Elvira Notari, je ne connaissais qu'une réputation et quelques livres qui lui furent préalablement consacrés. Mais a priori aucun film, alors qu'elle fut particulièrement prolifique depuis 1906. Plus de soixante titres, dit-on, des ennuis avec la censure fasciste, ce qui n'arrange pas a posteriori la visibilité des oeuvres, et la création d'une société de production, la Dora Film, qu'elle fonde avec son époux, le peintre Nicola Notari, à Naples. C'est à Naples que cette pionnière, première réalisatrice de l'histoire du cinéma italien et l'une des premières femmes auteurs du septième art (je la préfère désormais à Alice Guy-Blaché ou Germaine Dulac, mais ceci est une autre histoire), signa tous ses films, dirigeant souvent sa propre famille sans se soucier d'aucune contingence. Une Naples ouvrière, prolétarienne, réaliste. Les images de È Piccerella (les trois photos en sont tirées), film de 1922 présenté cette année à Bologne dans le cadre spécial d'un hommage à Naples, sont tout bonnement saisissantes. Des grappes de femmes aux sourcils charbonneux, hétaïres sauvages et farouches que des hommes vont convoiter puis affronter en duels amoureux, dans des élans de folie hérités aussi bien du divisme que de la tragédie.
notari2.jpgIl y a Naples, prise sur le vif, restituée sans atours, dans toute sa brutalité d'il y a cent ans. Et il y a ces actrices inconnues, visages saisissants sortis de l'oubli, héroïnes d'une société machiste que Notari filme pourtant avec une fascination qui relève d'un véritable féminisme avant la lettre. On reste scotché devant l'audace visuelle et poétique d'un monde perdu qui se recompose ainsi dans une suite de plans qui paraissent trancher totalement avec ce qu'on connaissait jusque-là du muet italien. Elvira Notari (1875 - 1946), n'ayons pas peur des mots, fut une révolutionnaire. Sans laisser d'héritage - aucun cinéaste ne se réclame d'elle aujourd'hui, et c'est un peu normal, vu le peu de personnes qui ont dû voir ses films - ni revendiquer aucune appartenance, elle a bâti une oeuvre désormais éparpillée en fragments que les cinémathèques se disputent. D'autres titres existent, il y en a même des extraits sur YouTube, mais un véritable hommage à cette pionnière semble désormais nécessaire.

notari3.jpg



17:31 Publié dans Cinéma, Cinéma muet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.