GIFF 2019 - Jean Dujardin : «Juste après un tsunami, au milieu de livres qui flottent partout»

Imprimer Pin it!

dujardin.jpgJe ne pensais pas qu’il accepterait. Mais il a lui aussi joué le jeu. Au terme d’une interview classique et sérieuse (à lire dans la TdG du 4 novembre, ainsi que sur le site tdg.ch) à propos de son travail dans le formidable J’accuse de Roman Polanski, qui traite de l’affaire Dreyfus et dans lequel il incarne le rôle de Picquart, l’homme qui a voulu réhabiliter Dreyfus, Jean Dujardin, qui est venu au GIFF le week end dernier, a pris quelques minutes pour répondre à une courte interview cash, tutoiement obligatoire à l’appui. Je l’en remercie.

Tu n’en as pas marre de ne plus pouvoir faire un mètre dans la rue sans te faire  continuellement harceler ?

Non, ça ce n’est pas moi, je ne sais pas de qui tu parles. Tout dépend de comment on te voit et de ce que tu prétends être. Si tu exagères ta notoriété, tu le paies direct. Si je me promène en lunettes noires avec trois gardes du corps, je vais me faire immédiatement remarquer. Sinon, je peux aller au Monoprix sans qu’on me reconnaisse. Par exemple à Cannes, si on me voit sortir du Majestic, on va me sauter dessus. Tandis que si on me voit dans un supermarché là-bas, rien ne va se passer. Enfin non, peut-être pas. L’exemple de Cannes est mal choisi. Cela dit, je fais encore confiance à l’humanité pour qu’elle respecte l’autre.

Quel genre de question te met en colère ?

C’est simple. Aucune. Peut-être si on touche ma vie très privée, cela peut m’agacer. Ou si on me prend pour un autre, en me faisant passer pour un type qui a la grosse tête. J’avoue que c’est un peu pénible. Juger par clichés, c’est aussi très fatigant. En dehors de tout cela, rien ne m’atteint.

A présent,une question posée par mon précédent invité, sans savoir qu’il ou elle s’adresserait à toi. Il s’agit de Céline Sciamma. Sa question : Est-ce qu’il y a un lieu dont tu rêves de façon récurrente ?

Oui, un monde sans haine où les hommes et les femmes vivraient en harmonie. C’est comme l’amour, on en rêve, on en fait des livres, des films. Tiens, à propos de rêve, je fais souvent le même depuis des années. Juste après un tsunami, je me trouve dans une grande ville comme New York et il y a des livres qui flottent un peu partout.

Et quelle question poses-tu à mon prochain invité ?

Est-ce que tu prends du plaisir dans cette interview, là, actuellement?

Lien permanent Catégories : Cinéma, Interviews cash 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel