26/05/2015

Lumières sur Cérès: le mystère s'épaissit

ceres.jpgA présent que Cannes est terminé, il est temps de diriger à nouveau le regard vers les vraies étoiles. Enfin, pas tout à fait en l'occurrence, puisqu'il s'agit de Cérès, qui fit parler d'elle il y a quelques semaines ou mois et sur laquelle j'avais déjà consacré un billet (qu'on peut relire ici). Planète naine sise quelque part entre Mars et Jupiter, Cérès est le champ d'investigation d'une sonde américaine, Dawn, qui s'en approche de plus en plus et transmet régulièrement des photos à la NASA. En février, elle y découvrait d'étranges points lumineux à sa surface qui firent naître (sans furie) quelques supputations évasives. Depuis quelques jours, Dawn s'est enfin rapprochée, à 7200 kilomètres de la surface de Cérès, et a livré de nouveaux clichés. Celui qui illustre ce billet est le plus net. On peut y repérer une dizaine de points lumineux. Ils se situeraient tous dans un cratère de 92 kilomètres de large. S'agit-il de glace, de minéraux hydratés? Mystère, et la NASA, qui n'a pas l'habitude de se mouiller sans preuves dans des explications, se gratte le crâne. D'autant plus que ces points lumineux, d'un point de vue thermique, se comportent différemment les uns des autres. Mais quel est donc ce phénomène? Incapable de l'expliquer, alors que Dawn est désormais en orbite autour de l'objet céleste, la NASA demande cette fois leur avis aux internautes. Vu ce qu'on lit sur les réseaux sociaux et les forums, pas sûr que ce soit l'idée du siècle. Promis, je reviens vous voir si on fait la preuve d'une base extra-terrestre sur Cérès, tout près de chez nous.

23:34 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

07/05/2015

La chute du cargo russe incontrôlable est imminente: mais que faut-il craindre?

cargo.jpgOn n'arrête pas le Progress, c'est bien connu. A tel point qu'il va bientôt se fracasser sur nos têtes. Vraiment? Non, j'exagère à dessein. Mais le cargo russe spatial et incontrôlable devrait arriver sur Terre cette nuit, entre 21 heures 45 - on y est presque à l'heure où je mets en ligne - et 3 heures 36 du matin. L'incertitude sur l'heure empêche évidemment de savoir où la chute aura lieu. Mais certainement pas proche d'un endroit habité, et vraisemblablement dans l'Océan indien. Sauf que cela peut encore changer. Petit rappel des faits: le 28 avril dernier, le vaisseau Progress M-27M décolle du Kazakhstan (base de Baïkonour) à 9 heures 09. Aucun passager n'est à son bord, l'appareil contient juste de la nourriture et des produits de première nécessité pour ravitailler les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS). Son vol est censé durer six heures mais il rencontre quelques problèmes. Très vite, les scientifiques perdent son contrôle. Et l'appareil commence sa chute libre vers notre planète.

En théorie, d'après les experts, il devrait entièrement se consumer dans l'atmosphère avant de toucher le sol (ou l'eau). Seuls quelques petits éléments structurels devraient retomber sur terre. Mais selon un autre expert, il pourrait ne pas brûler entièrement, du fait de la présence dans son appareillage de plusieurs matériaux incombustibles. Qui croire? On ne sait trop, et c'est finalement toujours un peu le même problème avec ces questions d'aéronautique, même lorsqu'elles concernent l'astrophysique. Seule certitude, il ne devrait pas tomber en Suisse, comme l'indiquent certains médias nationaux. Si le coeur vous en dit, vous pouvez suivre sa trajectoire en direct (ici). Au final, cet incident coûtera un demi-milliard d'euros au secteur spatial russe. Quant aux astronautes de l'ISS, ils devront attendre le 19 juin avant qu'un autre cargo spatial les rallye. Un vaisseau américain partira ce jour-là de Floride (base de Cap Canaveral) avec environ 2,2 tonnes de matériel. D'ici là, les astronautes de l'ISS ne mourront de toute façon pas de faim ni de soif. Ils ont plusieurs mois de réserve.

21:17 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

22/04/2015

Webb, retour vers le futur immédiat

webb.jpgIl a fallu plus de mille personnes pour le construire. En voici une partie sur cette image. Lui, c'est Webb - du nom de son créateur, James Webb -, le télescope spatial qui va succéder à Hubble, lequel fêtera ses 25 ans le 24 avril. Webb entrera en fonction dès 2018. Il sera placé (pourquoi ai-je envie d'écrire arrimé?) à 1,5 millions de kilomètres de la terre, à un endroit de l'espace très stable, dans la direction opposée au soleil. Et surtout, il pourra voir loin. Et quand on dit loin à propos d'observation spatiale, on entend également loin dans le temps. Soit à environ 300 millions d'années après le Big Bang (dont le modèle est fortement remis en question ces derniers temps, mais là n'est pas le sujet de ce billet), époque de l'apparition des premières galaxies et des étoiles qui les composent. Voici un petit schéma qui vous aidera à comprendre.

cosmos.jpgWebb est en effet cent fois plus puissant que Hubble et sera capable de capter 70% de lumière supplémentaire. Et son grand avantage, c'est qu'il pourra également observer dans l'infrarouge, donc à travers les nuages de gaz et de poussières cosmiques. Il sera en tout cas suffisamment puissant pour éventuellement détecter des bio-signatures dans l'atmosphère de certaines exoplanètes, qui nous permettront peut-être de savoir où il y a de la vie (j'évite d'écrire si, car pour moi, c'est une évidence). Voici la comparaison par l'image des miroirs de Hubble et Webb. Il n'y a pas photo.

hubble2.jpg

21:45 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |