15/05/2016

Cannes, Jour 5: une odyssée américaine signée Andrea Arnold

american2.jpegIls sont toujours ensemble. Traînent, voyagent, se battent, dansent, chantent, si possible du R’n’B, baisent (parfois), se jettent et se retrouvent. Cette bande de jeunes vit en vendant des abonnements à des magazines aux habitants du Midwest profond. Ils sont organisés et leur liberté est relative, puisqu’ils dépendent d’une femme qui leur sert de patronne (la seule debout sur cette image). Tout commence avec l’arrivée d’une nouvelle recrue dans la bande. Elle se prénomme Star (image ci-contre) americanstar.jpget a eu une sorte de coup de foudre pour Jake (Shia LaBeouf, en quatrième sur l’image du haut). Durant près de trois heures, la cinéaste britannique Andrea Arnold suit leurs virées, leurs aventures, leurs escapades souvent agitées et borderline. American Honey est un film naturaliste, au style proche du documentaire, aussi mouvementé que fascinant, mais par instants répétitif. Qu’est-ce qui justifie une telle durée (2 heures 42) ? Pas grand-chose, au fond. Reste de grands moments de cinéma, une manière d’empoigner le réel , de le briser pour mieux le recomposer, et tout cela s’appelle une écriture. Pour sa troisième participation à la compétition cannoise (après Red Road en 2006 et Fish Tank en 2009), Andrea Arnold surprend toujours et on lui en sait gré.

malpierres.jpgA voir cette image de Marion Cotillard en robe de mariée, on devine que Mal de pierres de Nicole Garcia sera plus amidonné et classique que le film d’Andrea Arnold. Désireuse de s’affranchir des conventions étriquées de cette petite bourgeoisie agricole dont elle est issue, Gabrielle (Cotillard) épouse un homme qu’elle n’aime pas et vit une passion pour un beau lieutenant dans un sanatorium où elle se fait soigner ses calculs rénaux. Tiré d’un roman de Milena Agus se déroulant après la Seconde Guerre Mondiale, Mal de pierres est finalement à l’image de ce qu’on peut voir ci-dessus. Soigné et conventionnel, ni déplaisant ni génial. De la belle ouvrage, une démarche respectable, mais des intentions un peu étriquées pour prétendre à la cour des grands de la compétition cannoise.

17:20 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/05/2016

Cannes, Jour 4: l'humour au poil de Maren Ade

toni2monk.jpegCette masse de poils informe et cette femme nue et apeurée (la comédienne Sandra Hüller) suggèrent une situation incongrue, et peut-être le surgissement du burlesque, ou de quelque chose d’apparent, à l’intérieur d’une fiction qui jusque-là ne se fissurait guère. La séquence se situe vers la fin de Toni Erdmann, troisième long-métrage de l’Allemande Maren Ade, film sacrément gonflé et d’une drôlerie inattendue. La vision ubuesque de la cinéaste prend pourtant racine dans un récit tout ce qu’il y a de plus classique au départ, la visite d’un père un peu fantasque à sa fille devenue «business woman» à Bucarest. Lui est envahissant, omniprésent, encombrant, gênant, intrusif, et quelque part insupportable. Sa présence saborde insensiblement le quotidien réglé comme une horloge de sa fille, sérieuse, sans une once d’humour, perpétuellement sur son quant à soi lorsqu’il s’agit de préserver et contrôler ses apparences. La folie douce du bonhomme déséquilibre la logique radicale d’un filmage privilégiant le plan-séquence, jusqu’à cette implosion par l’absurde qui rejaillit sur un public de plus en plus hilare et tendu face à une machine fictionnelle se déréglant sans que rien ne puisse la stopper. Du cinéma porté à bout de bras, une mise en scène qui file droit à l’essentiel, et deux comédiens formidables que voici ci-dessous dans une autre scène : toni1.jpgToni Erdmann au palmarès cannois 2016, c’est on ne peut plus probable.

 

 

 

 

 

 

 

 

mademoiselle2.jpgPlus conventionnelle, cette famille asiatique en costumes est celle de Mademoiselle, nouvel opus du Coréen Park Chan-wook. Il nous y parle d’arnaque, d’initiation saphique, d’érotisme et de machiavélisme. Mais malgré l’esthétisme d’une mise en scène hautement raffinée, malgré une structure en trois parties distillant au compte-gouttes révélations et rebondissements, malgré une réflexion sur les apparences tout à fait bien conduite, je préfère le Park Chan-wook d’Old Boy ou de Thirst, ceci est mon sang. Mademoiselle est plus classique, son rythme plus languissant, sa durée plus problématique. En reparlera-t-on à l’occasion du palmarès ? C’est tout à fait possible, là aussi.

18:13 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/05/2016

Cannes, Jour 3: fantaisie en "Loute" majeur

maloute.jpgCe chaste baiser entre un matelot et une jeune femme plus richement vêtue a l’air d’intriguer les deux personnages en noir et chapeau melon qui observent nos amoureux. Il devrait en être de même pour le spectateur découvrant Ma Loute, dernier opus de Bruno Dumont et film à peu près inracontable en l’état. Nous sommes en 1910, dans le nord, des personnes disparaissent mystérieusement, des pêcheurs aux mœurs particulières voisinent avec une famille de grands bourgeois décadents, et deux flics mènent ce qui ressemble de loin à une enquête. Depuis P’tit Quinquin, sa minisérie découverte à la Quinzaine des Réalisateurs il y a deux ans, Dumont a dit adieu au naturalisme mystique qui traversait ses premiers films. Place au burlesque et à la loufoquerie dans un opus traversé par la folie et habité par quelques comédiens connus qu’on découvre ci-contre en train de grimacer : Juliette Binoche, Fabrice Luchini et Valeria Bruni Tedeschi. maloute3.jpgEntre cannibalisme et lévitation, Ma Loute convoque quelques tropes fantastiques, déjoue la plupart de nos réflexes et nous emballe par son absurdité renouvelée. Courez-y !

Ma Loute est actuellement à l’affiche en salles.

 

 

blake.jpg

Et voici les personnages principaux de I, Daniel Blake, qui marque le retour de Ken Loach après l’annonce de sa retraite il y a deux ans. Dénonçant la rigidité absurde d’un système britannique aussi injuste qu’archaïque, le cinéaste préside à la rencontre d’un menuisier obligé de demander des aides sociales suite à des soucis cardiaques avec une mère célibataire forcée de déménager à plus de 450 km. de sa ville natale. Laissés pour compte et victimes s’entraident dans un récit fondé sur la solidarité et l’humanisme, renouant avec la vague intimiste sociale qui était celle de Loach à ses débuts. Cette simplicité s’avère payante et le film séduit à la fois par son minimalisme sensible, tactile, que par les qualités d’interprètes de comédiens inconnus, ici Dave Johns et Hayley Squires.

Et allez hop, encore une image de Ma Loute, histoire de saliver:

maloute2.jpg

 

18:19 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |