10/08/2015

Locarno 2015: "Te quiero anarquia", des corps et du sang

anarquia.jpgUne fille, deux garçons, quelques possibilités. Les deux garçons sont amants, et le premier couche également avec la fille, mais la sexualité n'est pourtant pas le thème de Te prometo anarquia, du Mexicain Julio Hernandez Cordon. Sur cette image très stylisée - cadrage en contre plongée, position des corps étudiée, tendance à la provocation assumée -, c'est le rouge qui domine. Ce n'est pas forcément un hasard. Le film traite d'un trafic coutumier au Mexique, celui du sang et, par extension, du trafic des donneurs de sang. Une réalité effroyable, violente, que le film ne raconte pas, mais dont il montre les retombées sur les destins de nos deux héros. La stylisation à l'oeuvre dans le plan ci-dessus - la séquence se situe au tout début du film - ne reflète pas vraiment l'ensemble, au-delà d'une dominance de couleur dont l'évocation métaphorique est évidente. Âpre, naturaliste, dur, mais aussi tendre et poétique, Te prometo anarquia cerne deux personnages dans leurs trajectoires rompues, deux destins qui bifurquent sans en avoir conscience. C'est aussi un film qui ne juge pas ses héros, et c'est précisément pour cela qu'on s'y attache. Te prometo anarquia est en compétition au festival de Locarno.

23:21 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/08/2015

Locarno 2015: un instantané sur le "Cosmos" de Zulawski

cosmos.jpgComme il a l'air calme, sur cette photo de plateau, Andrzej Zulawski, ici avec trois des comédiens de son film, dont Jonathan Genet, le premier sur la gauche, personnage principal de Cosmos. Sérieux, concentré, presque austère. Contraste saisissant avec le film lui-même. Bouillonnant, traversé par la folie, l'outrance, la démesure et le surréalisme. Mais sans cette hystérie prompte à donner la migraine qui était à l'oeuvre dans L'Amour braque ou dans Mes nuits sont plus belles que vos jours. Cosmos, conte surréel en forme de thriller métaphysique, polar absurde en forme de fantasmagorie, film du retour, aussi, Zulawski n'ayant rien tourné depuis quinze ans, depuis La Fidélité (2000). Une oeuvre composant avec l'irrespect et l'irrévérence, opus de tous les possibles, avec une Sabine Azéma au bord de la démence, un Jean-François Balmer d'une drôlerie sans limites, un Johan Libéreau parfaitement ambigu. Les meilleurs films sont ceux qui échappent à toute définition, à toute tentative de classification, ceux qui défient l'analyse et la raison, sans chercher à plaire à tout prix. Il y a de tout cela dans ce Cosmos où l'on a aimé se perdre, parce que, comme son titre l'indique, il englobe la totalité de l'univers. Le film est en compétition au festival de Locarno, je le rappelle.

18:42 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

07/08/2015

Locarno 2015: la Piazza s'ouvre à l'histoire allemande et à la boxe

staat.jpgEternel retour de l'histoire allemande contemporaine. Telle la traque des criminels du Troisième Reich. Dans Der Staat gegen Fritz Bauer, un procureur localise Adolf Eichmann à Buenos Aires et n'a de cesse d'exiger son extradition. Le film raconte son combat. Les deux comédiens principaux du film, Burghat Klaussner et Ronald Zehrfeld (sur cette image), incarnent respectivement Bauer et Karl Angermann, un autre procureur qui l'aide dans sa mission. Le classicisme du cadre et de la reconstitution qu'on y décèle traduisent bien celui du film. Signé Lars Kraume, Der Staat gegen Fritz Bauer conjugue cette rigueur à un formatage usuel servant d'assise à un récit aussi plaisant qu'instructif. Travail soigné, relecture de faits historiques majeurs, le film jure pourtant un peu avec le cadre d'une Piazza Grande pas toujours réceptive à ce type de productions. Je persiste pourtant à croire qu'il s'agit là d'un excellent choix.

southpaw.jpgEn seconde partie de soirée vendredi, Southpaw d'Antoine Fuqua (La Rage au ventre en français) est un film de boxe tout à fait classique dans son genre. Gloire, déchéance et résurrection d'un champion incarné avec une belle conviction par l'un des meilleurs acteurs américains actuels, Jake Gyllenhaal (sur cette image). Rien de transcendant à l'arrivée, mais un spectacle solide et musclé qui ne dépare pas dans le paysage locarnais.

23:59 Publié dans Cinéma, Festival de Locarno 2015 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |