19/05/2015

Denis Villeneuve attendu, Valérie Donzelli tendue

sicario2.jpgBenicio Del Toro derrière son viseur. Il tient le rôle d'un énigmatique consultant dans le Sicario de Denis Villeneuve, récit d'une traque à Juarez et à la frontière entre Etats-Unis et Mexique, zone de non-droit où les cartels font la loi. Sujet déjà vu, adoptant ici le point de vue d'une unité d'élite aux trousses de trafiquants. Avec Prisoners (2013), avec Jake Gyllenhaal, membre du Jury (suivez mon regard), le Canadien Denis Villeneuve avait réussi son baptême aux commandes d'une grosse production américaine. Avec Sicario, affirmer qu'il déçoit serait mentir, mais le film est pourtant moins emballant. Non pas pour des questions de style ou de mise en scène - celle-ci est ample et fluide -, mais en raison d'un scénario touffu dans lequel on finit par perdre ses repères. Il ne faut de toute façon jamais rien attendre d'un film ou d'un réalisateur.

marguerite-et-julien.jpgJérémie Ekaïm et Anaïs Demoustier dans Marguerite & Julien. Frère et soeur mais surtout amants dans le film de Valérie Donzelli. Un conte pop et anachronique sur un sujet tabou, un film souvent foutraque dans lequel la cinéaste brise les codes narratifs usuels. La séquence d'arrestation des deux héros est ainsi constituée d'une série de photos. Plans ratés, pas tournés, choix esthétique radical? Qu'importe. L'ensemble révèle en tout cas une audace indéniable, et pour cette raison, contrairement à beaucoup de confrères, je ne clouerai pas le film au pilori. Car il y a bien là une démarche, même si celle-ci est inaboutie. A la conférence de presse du film, Valérie Donzelli avait l'air tendue, presque méprisante. Pas sûr que ce soit la bonne attitude.

Faute de temps pour tout écrire, je reviendrai dans les prochains jours sur plusieurs films découverts dans d'autres sections cannoises.

17:28 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/05/2015

Regards croisés sur Jesse Eisenberg, Vincent Lindon et Apichatpong Weerasethakul à Cannes

louder.jpgJesse Eisenberg dans Louder than Bombs. L'un de mes comédiens préférés parmi les jeunes. On le voit beaucoup méditer dans ce film de Joachim Trier. Mais comment qualifier ce métrage? Déroutant et diffus. Etrange et séduisant. Complexe et élémentaire. Une histoire de famille, la mère décédée, des souvenirs qui remontent, un secret enfoui qui refait surface, et des interrogations, des regards, des mots, des gens qui s'observent. Le cinéaste norvégien, révélé en 2011 grâce à Oslo, 31 août, confirme tout à fait avec cet inclassable opus défiant cette année le concours cannois. Un film qui nous laisse en apesanteur, qui parle de photographie et de mensonges, de cadrages et de perception, de métavers et d'adolescence. Il y a Isabelle Huppert, Gabriel Byrne. Et Jesse est parfait, as usual.

La Loi du marche_0.jpgVincent Lindon dans La Loi du marché. Un chômeur de 51 ans qui retrouve un emploi stable comme surveillant dans un supermarché (technicien de surface, diront les Français) mais doit faire face à un dilemme moral. Pour son travail, il doit participer au licenciement de ses collègues. Stéphane Brizé, qui comme Joachim Trier se retrouve pour la première fois en compétition à Cannes, signe un constat exemplaire et lucide sur le monde du travail dans la société française d'aujourd'hui, implacable et inhumaine. Radicalité et minimalisme gouvernent un film où se succèdent interrogatoires et images de vidéosurveillance, gros plans et plans-séquence à peine rompus par des dialogues d'une terrible justesse. Et Lindon est formidable, une fois de plus.

cemetery.jpgJe suis également ravi de découvrir le dernier Apichatpong Weerasethakul, Cemetery of Splendour, dans la section Un certain regard. Le réalisateur est là et vient brièvement présenter le film et une partie de son équipe avant la séance. Depuis sa Palme d'or incontestable en 2010 pour Oncle Boonmee, le cinéaste thaïlandais est resté relativement discret, même s'il est venu à Genève, à la HEAD, il y a cinq ans. Il y a quelques semaines, les rumeurs prédisaient que son dernier film serait peut-être en compétition. Il n'en est rien, et au vu du résultat, c'est assez compréhensible. Il est question, dans Cemetery of Splendour, d'une mystérieuse maladie du sommeil, d'un jeune médium et d'un site mythique situé sous une école abandonnée transformée en hôpital. Visuellement, l'ensemble reste cependant un peu léger et confus. A revoir à tête reposée dans quelques mois.

17:32 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

17/05/2015

Cate Blanchett au sommet chez Todd Haynes, Maïwenn au nadir, Amy Winehouse forever

carol1.jpgCate Blanchett danse avec un homme, mais c'est une femme, Rooney Mara, qui occupe toutes ses pensées. Le sujet de Carol, tiré d'un roman de jeunesse de Patricia Highsmith publié sous le pseudonyme de Clare Morgan, c'est la relation taboue, dans le New York huppé et pudibond des années 50, entre deux femmes de rangs sociaux différents. Perfection et justesse sont à l'oeuvre dans ce film de Todd Haynes, jusqu'alors le plus applaudi de toute la compétition. Reconstitution, direction d'acteurs, interprétation, mise en scène, traitement, tout est ici parfaitement à sa place, comme dans un mélo de Douglas Sirk. carol2.jpgElégance et raffinement détournent ainsi ce que le thème du film peut comporter de subversif, du moins pour l'époque dans laquelle il s'inscrit, comme s'il s'agissait aussi de normaliser les choses, de les traiter sur un mode universel, tout en montrant bien comment la société tente d'imposer sa loi dans ce qu'elle juge ou considère comme une déviance. Haynes, sous le vernis et le brillant, se garde bien de délivrer une leçon ou une morale, se contentant de montrer que la passion n'a pas de sexe et peut concerner n'importe qui à n'importe quel moment. Voilà l'un des candidats les plus solides pour le palmarès cannois. Et peut-être un, voire deux, prix d'interprétation féminine pour Cate Blanchett et Rooney Mara.

mon roi.jpgMon roi de Maïwenn ne m'a pas intéressé. Histoire d'une passion destructrice entre Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot, ce film est un véhicule pour clichés bobos. On y traverse des appartements de luxe, des boîtes de nuit branchées et des chambres d'hôtel quatre étoiles. On y retrouve la soeur de la cinéaste, Isild Le Besco, le reste de sa famille au générique fin, le YouTuber star Norman Thavaud dans un petit rôle, la chanteuse Dani en figurante. Il ne manque plus que JoeyStarr - mais ouf!, je crois qu'ils sont fâchés. L'héroïne devient amie avec des jeunes de banlieue dans un centre de rééducation (alignement de clichés sur le vivre ensemble) et passe son temps à glousser. Cassel, lui, cabotine. La caricature n'est pas loin. Même pas envie de développer davantage sur ce film.

amy2.jpgPrésenté samedi soir à minuit, le docu sur Amy Winehouse, Amy, qui fait polémique au sein de la famille de la chanteuse disparue, laquelle juge le film trompeur et veut s'en dissocier, vaut pour le choix des documents d'archives retenus. Plus que pour leur montage. En off, le réalisateur Asif Kapadia utilise les témoignages des différents proches de la star. On y redécouvre l'ascension et la chute de la diva, sa boulimie, ses addictions (drogues, alcool, amphétamines), ses histoires d'amour (avec Blake), sa voix unique, la traque dont elle fut victime - des paparazzis campant H24 devant chez elle -, les images d'un de ses derniers concerts ratés à Belgrade, des plans d'un séjour en vacances où tout semblait aller mieux, des amants ravagés par la coke et l'ecsta, et des films d'adolescence inédits. C'est tour à tour édifiant, bouleversant, pathétique et accablant.

amy1.jpg

15:22 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2015 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |