28/05/2015

Sepp Blatter, 79 ans, ce "mec qui détruit le foot"

blatter.jpgJe n'ai pas pour habitude de commenter l'actualité dans mon blog, mais là, au vu de la charge comique involontaire d'une affaire que je ne vous résumerai pas - tapez Sepp Blatter sur Google, vous n'aurez que l'embarras du choix et toutes les explications nécessaires - il est difficile de résister. Regardez-le, justement, le vieux Blatter, 79 ans, avec la Coupe du monde, sur la photo ci-dessus. Je ne sais pas vous, mais moi j'ai l'impression qu'il la salit. En même temps, impression n'est pas raison, je vous l'accorde. Donc, depuis quelques heures, les insultes fusent sur les réseaux (j'ai relevé un "fiente" du plus bel effet) et la planète entière, le monde du foot, les éditorialistes, Michel Platini et la Reine d'Angleterre (euh, pas sûr, là) exigent la démission de Blatter, "un mec qui détruit le foot" comme l'écrit un tweetos que je viens de RT. Président à vie de la FIFA (en fait, non, mais c'est ce qu'il croit), le Valaisan brigue un cinquième mandat qui sera sans doute voté demain  - et il y aura scandale ou bal à Buckingham, au choix. Pour se défendre, le patriarche, qui s'accroche comme une sangsue (animal qui a deux coeurs, lui!), a tenu conférence de presse, déclarant entre autres ceci: "Je ne peux pas surveiller tout le monde". Et là, on demande à Nabilla de lui répondre: "Non mais allô!". Car si, justement, mon vieux, tu dois surveiller tout le monde (je te dis tu, j'ai envie d'oublier le respect), t'as même que ça à foutre, caler tes fesses sur ton gros fauteuil présidentiel en attendant tes dividendes juteux et en arbitrant les magouilles. Ah mais non, tu peux pas, les magouilles, c'est toi. Enfin, je dis ça sans preuves, mais y a des fois où ça crève tellement les yeux. Du balai! RIP.

19:57 Publié dans Football, Humeur | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

16/11/2014

Suisse - Lituanie : et soudain on se décrispe!

lituanie.jpegCette image se situe quelques secondes après le tournant du match Suisse-Lituanie (15 novembre 2014). Drmic exprime sa joie en relevant son maillot, ce qui lui vaudra d'ailleurs une sanction et un carton jaune. Juste derrière lui, on reconnaît Behrami et Lichsteiner qui accourent fêter l'ouverture du score. Que s'est-il passé juste avant? Rien de spectaculaire, sauf que la Suisse vient enfin de marquer. A la 65e minute, après une première heure de match crispée et souvent ennuyeuse. Drmic vient d'entrer en jeu, l'arbitre donne corner pour la Suisse. Le ballon arrive devant la cage, l'action est confuse, les joueurs cafouillent, mais la balle rentre dans le but. Celui-ci sera d'abord attribué à Drmic, qui place sa tête mais ne touche pas le ballon, avant que le ralenti ne vienne rétablir la vérité. C'est bien le gardien lituanien, Giedrus Arlauskis, qui l'envoie maladroitement dans ses propres filets, gêné à la fois par l'un de ses défenseurs et par Drmic.

Le portier aura beau protester auprès de l'arbitre de touche, le but est validé. A juste titre. Ce qui décrispe la Nati. Deux minutes plus tard, suite à un autre corner, Fabian Schär récupère la balle aux six mètres et marque le deuxième. Puis un Shaquiri affamé réalise un beau doublé (80e et 90e minutes), atomisant une équipe lituanienne pourtant guère reluisante. Mais sans l'action de la 65e (ci-dessus imagée), résultante d'une confusion guère photogénique, la Suisse aurait pu en rester là, ou, pire, voir le scénario du match face à la Slovénie se réitérer. La voici désormais rassurée, Petkovic a esquissé un demi-sourire, et on se relaxe avant la rencontre amicale de ce mardi en Pologne. Pour la suite des qualifications pour l'Euro 2016, on ressortira la calculette au printemps.

17:27 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |